L'Apothicaire
, romans et autres textes en ligne


International Charabia : 33  langues, et en musique

Vos commentaires sur ma page MySpace

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Motivations de l'auteur -------Début ------Précédente-------Suivante-------------- Racine du site



Statuette magique à tête de chat, Pérou



           


6)-La grande combinaison


La musique adoucit les moeurs : cliquez ici d'abord.

Or donc, les seules préparations que vous ne trouverez pas dans notre officine, ce sont les laxatifs. Vous vous rattraperez chez certains libraires. En effet, la déferlante des littératures cautionnées par les multinationales de l'édition et les philistins balaie tout sur son passage. Textes lisses et bien moulés. Fabrication à l'emporte-pièce, massacre de forêts canadiennes, connivences entre annonceurs publicitaires et groupes de presse, un beau bazar !

Un système qui évacue l'auteur pour le réduire à un servile plumassier ou à un veau de batterie, et toute une colique de prestataires qui décident à la place du lecteur de ce qui doit être beau et présentable. Con-sommable, plutôt. Je dépense, donc je suis. De qui se moque-t-on, nom de nom ? Même du temps de Voltaire, les écrivains étaient plus libres, même au rique de récolter quelque bastonnade. Il existait des Chevalier de Rohan dotés d'assez d'esprit pour crier à leurs valets : "ne frappez pas à la tête, il peut encore en sortir quelque chose de bon !"

Et il me revient en mémoire les paroles du Faune rebouteux ou d'Adam l'ancêtre, j'ai oublié (La Quête d'Aldoran, catégorie purgatif) : "IIs me font bien rire, ceux d'à présent, avec leur papier ! Confier ses idées à un matériau dont on se sert surtout pour se torcher le cul, c'est ne pas craindre le ridicule et ne douter de rien. À la première pluie, le Temps les gommera de son registre."
Mais papier ou pas papier, est-ce une raison pour faire du travail de cochon, je vous le demande ?

C'est cette indignation qui me conduisit à composer et fabriquer un volume qui ne ressemblerait à aucun de connu : Les Aventures du Docteur Enfoyrus, Roman Philosophique Illustré, Avignon, 1996, ISBN 2911344006, 293 pages, Grand Prix de l'Almanach du Loup-Garou. N'achetez surtout pas où pointe l'ISBN, on vous le vend à prix de rareté de collection et il coûte la peau du fessard. Moi, je vous le procure par correspondance pour 20 euros de moins, port inclus, édition originale, non-défraîchi, à la rubrique : Votre traitement

Que contient-il, ce vénérable grimoire ? Et bien imaginez, si vous le pouvez, une synthèse d'un FOU QUI VEND LA SAGESSE et L'INDE DEVOILEE agrémentée d'un défilé d'illustrations délirantes, où chaque personnage aurait sa police de caractères dédiée. Pas convaincu ? Regardez là. Papier bouffant, encre sépia, couverture monochrome avec la gravure de Bruegel le Vieux qui ouvre le site au premier plan. De la folie, qu'on vous dit !

Mais le plus romanesque, c'est l'histoire de sa conception. Celle-là, je ne vous la conterai jamais car vous ne me croiriez pas...
Juste ce petit détail pour la mise en bouche : un beau matin, mon papetier livra par erreur deux tonnes de papier chez ma maquettiste et lui défonça la vitrine avec cet éléphant. Je n'en dirai pas davantage. Avec les e-books, au moins, on ne subit pas l'inertie de la matière. Et le Web, ça porte plus loin que la sarbacane des Télécons.


Enfin, en manière de service de presse, voici ce que j'écrivis à l'époque aux deux cents journalistes à qui j'avais offert un exemplaire et qui me gratifièrent de cinq articles --sans commentaire : 


Monsieur l'Ambassadeur de la Littérature,

Non, le livre que je vous propose aujourd'hui n'est pas celui d'un éditeur parisien, et nous nous en consolerons. Non, il n'émane pas d'un écrivain célèbre aux mille talents reconnus que le génie empêcherait de dormir ou endormirait les autres. Mais si, sans trop présumer de vos forces ni de votre patience, je sollicite que vous avisiez le public de la naissance de cet ouvrage comme de ce qu'il convient d'en dire, c'est que je sais qu'en le confiant à vos expertes mains, on le soustrait à la vue d'un imbécile de moins. En vous remerciant de votre médiatique compréhension ; bien à vous, cher Monsieur, et à bientôt, peut-être : des succès de l'écrit ouvrez-moi la fenêtre.

L'Apothicaire



Et plus loin d'ajouter, afin que le suicide fût plus complet,


Certes, dans vos quartiers personne ne m'envoit :
Je ne suis pas de ceux qu'un parrain recommande,
Hugues de Margoulin ou Jean de Brocéliande ;
Mais tout seul je me bats pour élever ma voix
Au-dessus du troupeau des ouvrages morts-nés,
Dans cette immense mer aux contours incertains,
Pandémonium de fous, plumitifs forcenés,
Où j'ai plongé mon âme et l'espoir d'un matin.

La force du sujet vaut bien qu'on s'y arrête,
C'est l'oeuvre d'un inquiet, d'un Absolu la quête.
Si on la lit depuis la fin jusqu'au prélude,
On connaîtra la vie d'un très docte savant
Qui perdit un beau jour toutes ses certitudes,
Car il avait bâti sur du sable mouvant.


Je vous épargne la suite, car ça ne s'arrange pas.
Jeunes gens qui à présent me lisez, ne faites jamais cela. Vous écoperiez de dix ans de purgatoire.


    Un résumé
? Consommateurs impénitents et Draculas d'autoroute, fuyez notre tanière ! Mowgli et moi, nous vous déclarons ceci.





1, 2, 3, 4, 5, page précédente -7- page suivante, 9

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.