Robin d'Ardèche, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acte I  Acte II  Acte III  Acte IV  Acte V  Achat de l'intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

-2- Imbroglio et chassé-croisé

      Robin sillonne la route de Montpezat avec son arc et son carquois. Il est à pied. Pour chasser, c'est plus commode. Il ne va pas jusqu'en Forêt de Mazan, ça le rapprocherait trop de Flammigel et ça l'éloignerait de son gîte. Les autres peuvent bien ramasser des feuilles de châtaignier pour Vlad sans son aide. Il faut bien songer à se nourrir, du temps.

Comme il marche d'un bon pas, voilà que s'approche un fourgon de gendarmerie. Lui, se croit tranquille. Aucun signe ne trahit qu'il est le motard noir, et il n'a pas encore de gibier dans sa besace.

        À sa vue, le fourgon stoppe net. Une escouade en descend et aussitôt l'embarque. Sans motif précisé.

        Au même moment, sur le plateau, une fourgonnette s'engage dans la voie qui borde la Forêt de Mazan. Un chevreuil a bondi qui se heurte au pare-choc. De plein fouet. Bien embêté, l'occupant descend constater les dégâts. La pauvre bête ! Lui, un fervent défenseur de la cause animale, il en est tout contrit. La laisser sur la route, quel gâchis ça serait. On pourrait en tirer quelques bons morceaux. C'est qu'on ne jette rien, en Vivarais. Il ramasse donc le ruminant et le dépose à l'arrière de sa fourgonnette.

        L'homme n'a pas parcouru trois cents mètres, qu'une patrouille de gendarmerie l'interpelle.

                --Gendarmerie Nationale. Contrôle de routine. Veuillez ouvrir la porte arrière de votre véhicule !

        Et il ouvre. La gêne se lit sur son visage.

        --Ah, ah ! Votre compte est bon, mon gaillard !

        --Attendez ! Je vais vous expliquer.

        --C'est très clair. On n'est pas idiot, on est gendarme.

        --C'est un accident, et...

        --Ah oui ? Et ça, là ? Qu'est-ce que c'est ? Une lyre, peut­ être ? Alors ?

        Et le gendarme montre un objet qui, en toute logique, ne devrait pas se trouver là.

        --Au nom de la loi, je vous arrête !

Et, sans que nul ne s'en doute, on a ramené au poste de Lanarce deux hommes qu'on va interroger dans deux pièces voisines. N'étant pas rentrés au même instant, ils ne se sont pas vus.

Robin, dans sa salle, contemple les murs et le plafond. Il a les bras croisés. Il attend qu'on veuille bien lui préciser le chef d'accusation. Un homme entre. C'est un capitaine.

--Ah ! dit-il. Voici donc notre fameux chef Indien ! 

--Plaît-il ?

        --Oui. Le tireur de flèches qui terrorise les gens du plateau, c'est vous !

        --Va-t-on enfin me dire...

                --Inutile de mentir. Tout vous accuse. C'est vous qui avez tiré sur la cuisse du gendarme Cassagne. Le motard.


retour - 71/78 - suite



http://apothicaire.fr



Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure




Mettez-nous en marque-page communautaire !



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.