Robin d'Ardèche, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acte I  Acte II  Acte III  Acte IV  Acte V  Achat de l'intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

-6- Le nerf de la guerre


      Face à l'urgence de la situation, la tenue de Robin a quelque chose d'incongru. Elle amuserait Marion, si celle-ci n'avait encore les cheveux dressés sur la tête. Pour remettre de l'ordre dans tout ça, va lui falloir quelques bigoudis.

        --Vite, laisse-nous entrer ! dit-elle. Et referme la porte. 

        --Qu'est-ce qu'il y a ? demande Robin encore mal réveillé. 

        --Ferme la porte, je te dis !

        Ils entrent et se bouclent à double tour.

        Et Marion et le Ménestrel racontent brièvement leur escapade et l'effroyable rencontre. La tension retombe peu à peu, cependant que Petitjean et Stucka émergent de leurs couettes.

        --Et Vlad ? s'enquiert Alain. Il est pas là ?

        --Ach, nein, dit l'ermite. Comme il dort mal, il essaie son noufeau carburantt sur la motorad de l'Alfred. Fous l'afez pas croisé, sur la route ?

        --Non. Ah, mon Dieu, le malheureux ! s'écrie Marion. Pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé ! Si jamais cette chose l'a attaqué... C'est que ça avait l'air dangereux. Voyez mon chandail. En lambeaux.

        --Fatche ! dit Robin. En effet. T'as de sacrés troucasses. Ça s'est passé où, exactement ?

        --Au Col du Pal.

        --Bah, je crois pas qu'il soit allé là. M'est avis qu'il est plutôt descendu direction Montpezat. Cette partie de la route est plus pratiquable.

        --T'inquiète pas Marion, dit Petitjean. C'est que c'est un dur à cuire, notre Vlad. Tout chétif qu'il soit, il ne s'est tout de même pas carapaté comme un dératé depuis les Carpathes pour venir se faire allonger ici. Tiens, prends plutôt du café, va !

Et les cinq amis se réchauffent le corps et l'esprit avec ce noir breuvage qui nous vient de chez les turcs. Quand tout le monde a bien les yeux en face des trous, Robin demande :

                    --Au fait, qu'aviez-vous à rouler sur les routes à une heure pareille ? Et pourquoi venir me voir ?

        --C'est que, dit Marion, au village, y'a du neuf.

        --Ah ? La scierie de Santer a brûlé ?

        --Non. Mais c'est Richard.

        --Il est rentré d'Autriche ?

        --Non. Il y est en prison.

        --C'est pas vrai ! s'exclame Petitjean.

        Marion relate au trio ce que l'on sait déjà. Le journal télévisé. La malette de cannabis, l'arrestation, la

caution. Le
désespoir de la reine mère de ne pouvoir trouver tout l'argent. L'argent ? Ce mot tinte aux oreilles de

Robin d'étrange façon.

retour - 63/78 - suite



http://apothicaire.fr



Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure




Mettez-nous en marque-page communautaire !



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.