Robin d'Ardèche, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acte I  Acte II  Acte III  Acte IV  Acte V  Achat de l'intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

-5- La fugue nocturne


      Cette route-là, il faut du métier pour la pratiquer.

          Sur un dénivelé d'un kilomètre, elle relie Rieutord à Montpezat en cinq lieues. Elle se pend aux parois qui tombent du Suc du Pal, et tournoie en corniche au bord d'un ravin, en de nombreux lacets que des bois entrecoupent. Au fond de la faille court la Fontolière. Le torrent bondit par-dessus des rochers sourds. Il s'est frayé un lit à travers le basalte. Il se jette enfin avec fureur dans l'Ardèche à Pont-de-Labeaume.

La noirceur enveloppe la montagne. Les sapins ressemblent à des dents sombres. Les sangliers vont sortir des taillis. Ils grognent par endroits.

Alain et Marion progressent lentement dans cette forêt qui les avale. Le phare de "Bonnie" n'éclaire qu'à quelques pas, et d'un étroit faisceau. Le Ménestrel aurait dû mettre une halogène. L'échappement ne laisse chuinter qu'un petit bruit qui n'étouffe pas ceux des couverts.

       Les chevreuils piétinent des branches mortes ou font rouler quelque pierre dans les pentes. Les renards chassent. Un grand duc guette ses proies du faîte de son arbre. Çà et là, une hermine coupe la route pour saigner un lapin.

Marion a un pressentiment. Il est vrai que la beauté sévère des lieux en impose. Pourtant, elle est du coin. Les frissons de midinette, ça n'est pas son genre. Non, ce soir, c'est autre chose. Elle sent l'hostilité. C'est comme la peur, ça porte une odeur. Un mélange d'humus, de sueur, de chair putride et de cendres. Ça s'accentue au fil des courbes.

Alors qu' ils s'approchent du Col du Pal et que ralentit la machine, les relents gagnent en épaisseur. À peine soutenables. Alain aussi, a senti.

Et juste comme ils passent le col, une ombre surgit des bois. Elle se jette sur l'épaule de Marion en poussant un cri froid. Cette ombre a des griffes, elle s'agrippe. L'odeur, c'est elle. Ça rappelle la forme d'un singe, mais on ne peut pas dire ce que c'est. Marion ne tient pas à le savoir, du reste. Elle se débat et repousse cette créature qui a déchiré le chandail de Perrette. Tant bien que mal, elle a fini par la jeter à terre.

          --Roule, roule ! crie-t-elle à Alain. Accélère !

          Malgré la mauvaise acoustique du casque, Alain a compris. Il ouvre en grand les gaz, et, quitte à sortir de la route, il décolle de là. Une fusée.

Ils dévalent à présent le raidillon à tombeau ouvert, dans l'opacité des ténèbres. La panique les pousse en avant, pour sûr que l'adrénaline a giclé.

          C'est la fuite éperdue. Ils foncent, ils foncent, ils s'élancent au devant de la mort. Par cent fois ils la frôlent, mais l'évitent au dernier moment. Ils échappent à toutes les chausse-trappes du goudron. Nids-de-poule, virages à gravette, rainurage, pierres sur la chaussée. S'ils ne se cassent pas la gueule cette nuit, c'est qu'ils ne se la casseront jamais.

          Miracle. Il doit y avoir un dieu pour ceux qui tiennent fort à la vie.

         Au bout de cinq kilomètres qui ont dû leur paraître une éternité, ils s'arrêtent. Ils sont arrivés. Tout juste si le Ménestrel béquille sa machine.

          --Vite, vite, courons ! dit Alain. La cahute est par là-dessus.

          Ils se précipitent à travers bois et se hissent sur les abrupts en se tenant aux racines. Ils vont si vite qu'on dirait que le diable les talonne. Alors apparaît la masure en question, d'où s'élève, par volutes, une mince fumée.

          Alain tambourine à la porte.

          --Ouvrez-nous ! Ouvrez-nous ! glapit-il.

          --Ouais. Qui c'est ? répond une voix ensommeillée.

          --Le Ménestrel. Ouvrez, vite !

          Et, après quelques secondes de tâtonnements maladroits, l'occupant tire le verrou. Il sort. Une flèche à son arc, Robin paraît sur le seuil en pyjama.

retour - 62/78 - suite



http://apothicaire.fr



Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure




Mettez-nous en marque-page communautaire !



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.