Robin d'Ardèche, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acte I  Acte II  Acte III  Acte IV  Acte V  Achat de l'intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

-4- Problème de collecte


     Passés les premiers jours d'intense émotion, la reine mère s'est ressaisie. C'est tout de même une femme de tête. Trouver l'argent d'abord et payer cette maudite caution. On s'occupera de la défense de Richard après. Les avocats aussi, ça mange bien.

Trouver l'argent, c'est vite dit ! Un tel montant, il faut vendre sa baraque au comptant pour en disposer.

        De quels biens se prévaut-elle, madame Fauvel ? Plus autant qu'on pourrait le croire, depuis que le cours des actions pétrolières s'est effondré. Ses cent mille euros placés en bourse ont fondu comme neige au soleil. Tant et si bien que le capital n'est plus que du dixième. Insuffisant. Revendre l'affaire de l'auberge ? Ça va prendre des lustres. Richard a le temps de pourrir dans sa geôle.

        Or Santer, le curé, et le pharmacien sont venus au Coeur de Lion proposer leur aide. Marion est là, derrière le comptoir, qui les écoute.

        --Levons un impôt spécial, dit Santer. Chaque habitant apportera sa quote-part. Je ne vois pas d'autre moyen. Les caisses de la commune sont au plus bas. Et moi, j'ai trop de frais à la scierie. C'est morte saison, les bénéfices ne sont pas encore rentrés.

--Non, dit la reine mère. Il n'est pas juste que les cent vingt administrés qui n'ont pas voté pour Richard se sentent obligés de payer. Ni les autres, d'ailleurs.

        --Lançons une souscription, alors, reprend l'adjoint. Je connais justement un imprimeur qui me tirera les bons à prix d'ami. Le facteur n'aura plus qu'à les distribuer.

        --C'est déjà mieux.

        --Moi, dit le père Émile, j'organiserai une quête pour Richard. Peut-être même une kermesse.

                  --C'est ça, dit l'adjoint. Et vous n'oublierez pas de dire à vos ouailles que mes collègues tiennent aussi permanence à la mairie. 

                  --Est-ce bien utile ? demande le curé.

        --Oui. Si vous avez bonne mémoire, vous savez pourquoi.

                --Et moi, dit Félicien Dard, j'en parlerai deçà delà sur le plateau à mes clients. Bien des gens aiment Richard.

        --J'en parlerai au Ménestrel, dit Marion.

        La reine mère soupire. Elle sent bien que tout ça, ce ne sont que mesurettes. Elles ne rapporteront qu'une misère, comparé à la somme escomptée.

--Vous êtes tous bien aimables, dit-elle. Mais je crains qu'il ne nous faille autre chose.

        Tout le monde se dévisage, sans trop quoi savoir répondre à cette évidence. Et puis, l'idée, celle à laquelle nul n'aurait osé penser, c'est Marion qui l'a eue.

retour - 60/78 - suite



http://apothicaire.fr



Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure




Mettez-nous en marque-page communautaire !



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.