Robin d'Ardèche, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acte I  Acte II  Acte III  Acte IV  Acte V  Achat de l'intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page MySpace



-4- Le Ménestrel a une idée



      Le Ménestrel, avant que Robin n'ait quitté les lieux, il l'a revu, une fois. C'était au pont de bois où le Hardi capture des truites, de temps en temps.

        --Ah, qu'il lui dit. Mon ami, Robin, tu tiens le coup ?

        --On fait avec.

                  --Mais comment tu vas t'y prendre ? Tu ne vas tout de même pas vivre que de chasse et de pêche, maintenant.

        --J'ai mon idée.

        --Tu sais, ma maison c'est la tienne. Viens quand tu veux.

        Et Robin donne une tape à l'épaule d'Alain.

        --Tu es un pote, je sais. Mais je vais partir.

        --Où ça donc ?

        --Je te l'ai dit, j'ai mon idée. Un secret. Peux pas t'expliquer. Toi, tu as ta musique. Tu es un artiste. Je suis sûr que tu perceras, tôt ou tard. Mais moi...

        --Y'a loin !

        --Obligé. Invite-moi à ton concert, ce jour-là. Promets-moi. 

        --Promis. Justement, à ce propos, j'avais une idée. Tout ce bois, là. Les planches dans la cour qui n'ont pas brûlé, qu'est-ce que tu vas en faire ? Y'en a des tonnes, et ça va pourrir à la longue. Tout ce gaspillage, ça m'écoeure.

        --Bof. Quand c'est perdu, c'est perdu ! Personne va m'acheter ça, à présent. Pourquoi ?

        --Je l'aurais bien récupéré pour bâtir quelque chose.

        --Si le coeur t'en dit, tu n'as qu'à te servir. Tout le lot, si ça te chante.

        Et le Ménestrel, ça lui a chanté, en effet.

       Robin parti, il est revenu avec Pons, Laforge et Rabotin. Le lendemain de la mise en cage du René. Et on te le donne en mille, mon cousin. Sais-tu ce qu'il leur propose ? Il évoque d'abord le spectre du chômage qui les guette, vu qu'ils ne vont pas se vendre à l'autre dégueulasse. Puis il leur expose sa solution. Ils vont fabriquer tous ensemble des roulottes.

        Des roulottes ? Oui. Des tréteaux, une estrade, et monter une société de spectacle de marionnettes en bois.

--Et pendant que je chanterai sur l'estrade, vous agiterez les personnages. On fera le tour des villages, et on amusera petits et grands.

--Drôle d'idée, dit Pons. Mais ça tient la route. Surtout que Perrette a une malle pleine de chiffons, et qu'on a le vieux tour à bois du grand-père, du temps qu'il façonnait des jouets. Mais les chevaux ? Où vas-tu les prendre ?

        --Va falloir vendre quelques motos, les gars. Les rejetons de riches du Puy, de Vals ou de Privas vous les achèteront bien. Voilà qui résoud le problème du carburant. Enfin. Moi, j'aimerais garder ma Bonneville. On se sépare pas de sa muse, vous comprenez ?

--Sacré travail que tout ça, dit Rabotin. On va devoir en mettre un coup. Parce que les outils modernes de coupe, on les a plus. Scie à main, marteau, clous et peinture, y'en a pour des semaines !

--Écoutez, dit le Ménestrel. On n'a qu'à contacter les anciens ouvriers. On se côtise avec nos allocs et on les paie pour presser le mouvement. D'autant qu'ils sont à la rue, eux aussi. Les gars, on va montrer au monde qu'il est bien des façons de brûler les planches !

Les gaillards du plateau, quand ils ont martel en tête, faut que tu t'ôtes de leur chemin. Rien ne les contre. Ils foncent sans se retourner. Lyon n'est pas si loin, et Guignol encore moins. Les marionnettes, ça peut marcher. On trouve bien dans le village un homme qui ment comme Pinocchio. Alors, fallait que ça se passe ici.

Ils ont mis les bouchées doubles. Tant et tant qu'en trois semaines, les trois roulottes achevées prennent la route. De vrais tziganes.

L'idée a plu à Marion qui l'a su. Dès qu'elle a cinq minutes, elle écrit des histoires et les donne à Alain. Quand elle le voit au bar. Elle est bonne en français, c'est l'occasion que ça serve, et elle a toujours aimé le théâtre.

En souvenir de Robin, aussi. Il lui a dit des horreurs, de lui foutre la paix, mais il était mal. L'incendie, ça lui a retourné les tripes. La haine. Mais quand même, il était gentil, avant.



retour - 47/78 - suite



http://apothicaire.fr



Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure




Mettez-nous en marque-page communautaire !



Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.