La Quête d'Aldoran
, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***

Seuls demeuraient étrangers à cette ténébreuse affaire le sieur Rataton et sa fille, bien calfeutrés dans leur chaumière, où l' homme-chat se faisait rôtir des châtaignes au coin de l'âtre tandis que Zerminette en attisait la braise et se chauffait les mains.

        --Vois-tu, ma petite, les hommes sont tous fous. À leurs maux ils cherchent toujours une cause facile. Une une cause unique. Une cause que l'on puisse étrangler comme le chat dans la nuit. "C'est la faute de l'autre, et patin couffin..." Mais moi je crains qu'à se vouloir meilleur qu'autrui on en devienne pire, et que dans cette histoire, il y ait le boire et le repaître. À qui profite le crime, le sait-on ?

--De vous répondre je serais bien en peine, père. Mais ce que je sais, en revanche, c'est que les gens sont rarement aussi méchants qu'ils en ont l'air. Ils agissent souvent en dépit d'eux.

--Ma brave enfant, que c'est beau, l'innocence ! Il n'empêche qu'en l'occurrence les loups sont trop bêtes pour agir seuls, je te l'accorde. On les a manipulés, j'en jetterais ma patte au feu. Lorsqu'on me montre quelqu'un du doigt, moi je regarde d'abord le doigt. Je redoute qu'il nous faille acquitter bien cher du poids de nos erreurs. Et le destin, ma petite, c'est comme l'auberge de Musclor : on y mange surtout ce qu'on y apporte.

        --Des châtaignes ?

        --Comme tu dis.

        Zerminette contemplait le rougeoiement des bûches sèches qui se consumaient dans les chenets de cuivre. Les brandons éclataient comme du pop-corn et une nuée d'ardentes escarbilles tournicotait dans le foyer au gré de la convection. La fillette s'enfonçait dans d'abyssales rêveries, loin de ce monde étrange et barbare qui trouvait bon que l'on donnât des leçons de charité à l'univers tout entier, mais reléguait ses impécunieux aux abords immédiats du Marais des Pompemerdes. Ordonnance Sousgrobis du tiers mois des Barbecues, complétée de la réforme de la vieille Sécu : deux caisses, deux régimes ; des lingots dans la première, dans l'autre du cambouis.

        Elle rêvait, disions-nous, d'horizons éthérés, d'azur, de rires et de chants, où les mots prononcés ne seraient que caresses. Un pays merveilleux où s'enivrerait d'Amasté son âme pèlerine, le capiteux vin d'amour à la robe rubis, qui, à gouttes distillées, teinte le blanc manteau neigeux des Anges et des Oies.

La cire rouge et vierge perlant du coeur, fondue, glisse soyeusement sur les plumes de l'Oiseau Bleu qui boit à petits coups de bec, une tasse de ciel chaud lavée aux larmes de l'oubli. Elle s'agrippe, Zerminette, aux crins d'un étalon bai qui, sur un bout d'arc-en-ciel qu'a jeté là l'arpe des dieux, galope et tonitrue. Un objet oblong point soudain dans les eaux moutonnantes du Léthé qu'enjambe l'arche de lumière. C'est une fiole de cristal, un cristal vert, vert émeraude. Elle la ramasse, en ôte le bouchon, et un Génie somnolent en sort incontinent.

        --Salut, ô toi, fille de Rataton, dit-il en baillant. Que veux-tu d'Ourakan ? Ordonne et j'obéis.

        --Parle-moi du futur.

        --Il sera de feu et de glace. Les astres y pourvoiront. On placera tout l'espoir sur le dos d'un seul homme.

        --Un homme ?

        --Oui, un tout jeune homme. Regarde dans ce miroir. Quant à moi, je retourne me pieuter dans ma carafe. Les Génies ont déposé hier un préavis de grève car leurs maîtres les assaillent de questions idiotes. Entre ceux qui voudraient mais ne peuvent pas, et ceux qui pourraient mais ne veulent pas, on est parti pour les Calendes Ogresques.

Et la fillette, ce faisant, poussa un cri de stupeur. Le visage ! Celui du charmant inconnu qui hantait ses pensées. Encore lui. Tout y ramenait. Avait-il un nom, seulement ? Il était presque un homme, à présent. Elle le rejoignait dans son sommeil chaque nuit. Face à face, ils se regardaient sans échanger le moindre mot, mais leurs yeux tendres et langoureux se disaient tant de choses, que toute parole eût été vaine et eût rompu l'enchantement.

retour -90/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.