La Quête d'Aldoran
, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace


La Geste du Roi Kergal



     Or donc le Xuglon Tryphonar fust mandé à la cour pour y répondre de la grave accusation de crime de haute trahison et de rapt d'enfant princier. Le climat était à la vindicte.

--Beau très doux sire, dict-il au roy, désistez-vous de vostre clameur sans fondement. Oncques n'occîmes ni ne séquestrâmes vostre fils, je le jure sur la simarre des prévôts Torcheculs, la blanche guimpe des nonnes et la saincte pelisse de Goupil le Roux. Que s' il appert d'aventure que mensonge souilla nostre blason, nous jeûnerions sept fois huit jours sur le Mont Bigletout, les poils du cul pour seul équipage.

--Autant t'en pend à l'oeil, misérable! La hart et le gibet, c'est tout ce que tu mérites, s'empourpra Kergal. Pauvre dolent, mon fils !

--Homo homini lupus, soupira le bouffon Triboulet en écho à son maître.

        --Sur la tiare de houx du grand Ténébrion, je jure que je suis innocent. Fouillez mon plessis, interrogez mes gens, Dame Hermeline soy-mesme, sise dans son courtil, attestera ma bonne foy. Jugez-moi selon l'équité de vos lois, non par ressentiment.

        --La loi c'est moi, merdre ! Par la corbleu, tu nous nargues, sale Xuglon ! Je l'ai toujours pensé : la mauvaise garde nourrit le loup. La malegoute crève l'oeil qui va se fermer quand il devrait s'ouvrir plus grand que jamais. Que ne t'ai-je étranglé de mes propres mains jadis, lorsque tu pénétras sur nos terres pour y quérir chevance. Las, qu'est devenue ma joyeuse maison ?

        --Ces Xuglons, renchérit le commandant Zapathor, il n'y a rien à faire, ils n'ont pas la tête comme les autres et grugent à tout propos. Pas francs du collier. Menteurs, voleurs, faux jetons, et dénués de merci. Hussdent le molosse, sire, vostre commensal, vous serait moins dur au croc. Qu'Aleph nous veuille désinfecter de toute ceste friperie, moi je dis. Non, Majesté, n'écoutez pas ce fourbe : ne laissez pas pisser le mouton outre plus. Il n'a que trop abusé de vostre mansuétude.

--Ah, tabernacle ! Un peu de charité zatlante, tempéra Frère Galinaccio. Ce n'est pas parce qu'il a escagacé mon gelinier l'autre soir et trucidé mes poules qu'il a mangé de ce pain-ci.

        --Non plus de grief n'ai-je à formuler contre lui s'il me rembourse le cent de vitres qu'il me brisa sous les arcades de la place que je loue un certain Mardy Gras, patelina Sousgrobis.

--Ni moi davantage, pourvu qu'il avoue publiquement que Yorrick le Kobold est le meilleur d'entre tous les joueurs de cartes de chez Boicussec, et que si j'y perds denier depuis si longtemps, c'est parce que ceux de son peuple n'ont pas leur égal lorsqu' il s'agit de cacher un as dans la manche ou de flouer la pioche.

--Il a cassé tous mes jouets ! Ouais, je l'ai vu, alla se plaindre un Sacrebleu. Et puis je l'ai surpris à mettre au four avant-hier soir un gâteau de sorcières.

        --Un gâteau de sorcières ! recula la foule épouvantée.

        --Majesté, se défendit Tryphonar, la colère vous aveugle. Je suis innocent de ce qu'on me reproche. Pour le bien de la communauté, je partirai s'il le faut, en pélerinage, pour expier une faute que je n'ai pas commise. Promis, juré, craché, je romprai le fétu.

        --Mon oeil ! dict un Cyclope.

        --On parie ma liquette ? gagea le Xuglon.

        --Et mon gant de brocart, tu le veux sur la figure ? Tu le veux ? se décontenança le preux Asgard.

        --Ferme-là, roquet ! hennit la belle Dame de Trèfle. Tu oses, sale glux ? Moelle d'insecte, morvelle de rat, raclure de latrines, comment te permets-tu pareille effronterie? Un seul châtiment, un seul ! Le talion, pourriture !

        --Haro, haro! dict le bon peuple. Qu'on le pende ! Méchant loup, méchant loup ! Ouuuu!

        --Selon l'équité, sire, selon l'équité, implora Tryphonar. Trop facile. Qui veut tuer son veautre il l'accuse de rage.

--C'est juste, reconnut le roy. Juge Quatrédeusix, veuillez procéder. Sur la table jetez les dés. Pair innocent, impair coupable... Sept ! Tu seras garroté à nones, j'ai parlé. Sentence sans appel, grande gidouille !

        Or les dés sortaient de la poche de la partie civile. Las, il n'est sage qui parfois ne follie. Autant pour le roy, simple mortel que la douleur enténébrait. Que de fois ne vit-on pas de guerres s'engager à l'issue d'un procès d'intention sur le crédit des mauvaises langues, dont la perfidie égale en force la persuasion. Souviens-toi, lecteur, de la cité d'Ilion, comment Pâris n'écouta point Cassandre et le désastre qui s'en suivit. Coupable, le Xuglon ? Certes, il l'était sur toute la longueur du bras, hormis l'essentiel, ce qui plongea sa harde dans une fureur inextinguible. Même les plus modérés prirent parti : des pacifistes enragés aux carnivores écologistes.

        Juste comme on allait lui brider la gargalette et lui ôter les amygdales, un bolide s'abattit du ciel avec la soudaineté de la foudre et arracha le condamné des pattes du bourreau Strangouillas en poussant un cri strident. C'était le griffon Alpagor, son fidèle destrier. La bête aux serres d'airain avait piqué droit du bec sur la place depuis la flèche d'Alpétra où elle s'était tenue perchée, immobile, gargouille parmi les gargouilles, girouettant des ailes et de la queue de temps à autre pour rétablir un précaire équilibre que contrariait un vent coulis.

Lorsqu'il se sut hors d'atteinte des Centaures-archers, Tryphonar ricana :

        --Tu dévisses, mon pauvre coco. Il te faut purger l'esprit avec trois grains d'ellébore. Est-il possible que tu sois venu si stupide et si gâteux que tu me charges du seul meurtre que je n'ai pas perpétré ? Ton ménestrel aura beau chevroter et te tresser des couronnes avec ses ritournelles, Ringard le Magnifique aura beau sacrifier cinquante lézards en amuse-gueules à cette dupe de Dryade, ton intendant aura beau carambouiller tes meubles à la foire du Père Tronchelard et les remplacer par d'horribles copies afin de me régler ton impôt foncier sans puiser à ta cassette vide, les jours de ton règne sont désormais comptés. De toutes façons, ton royaume n'est qu'un ramassis de faussaires. Tu es cuit, vieux biscuit. C'est la guerre, que tu veux ? Et bien tu l'auras.

        Sur ce, le loup piqua des éperons et gagna sa tanière secrète, remplissant l'espace bleu d'un rire sardonique. Il échappa au zèle de l'escadrille volante des dragons policiers que lui avait dépêché Cabricou, le bouc commissaire, lequel écumait à l'idée qu'on eût pu ridiculiser sa famille en l'associant aux vocalises d'un vulgaire saltimbanque.

retour -88/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.