La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***

        Le jeune homme se releva et regarda autour de lui. Des fourrés impraticables le cernaient de toutes parts ; pas la moindre sente en vue, ni la moindre balise. Aucun repère. La lumière elle-même, blutée, ne lui parvenait qu'au travers du fin tamis des frondaisons qui fricotaient avec la bise, car dans ce coin-là, le vent sévissait avec plus d' impétuosité qu'au croulant château du Marquis de Carabas.

C'est alors qu'une chose bien singulière se produisit. Le vent se tut, et cependant qu'il essayait d'avancer, les buissons s'écartèrent de part et d'autre et lui livrèrent passage pour se refermer derrière ses pas aussitôt. Il progressait sans difficulté, sans se bugner partout ni s'empêtrer dans les racines, et il lui semblait qu'il lui eût été aussi aisé de marcher les yeux clos. Non, le doute n'était plus permis : Aldoran foulait le sol d'une enceinte magique.

        Et dans ce silence sépulcral, voici que se fit entendre le fatidique air de flûte qui avait préludé à chaque catastrophe depuis le tout début, tandis que, déjà, des monceaux d'ouate brumeuse engantelaient l'Île tout entière. Inquiétant. Si l'on s'en référait au sort de Castagnette, une fin des plus sordides menaçait le prince. Que devait-il faire, maintenant ? Ne plus bouger, rester planté là, comme un santon ? Certes non. Continuer, coûte que coûte continuer. Faute de quoi, les "ombres sans visage" l'auraient vite rejoint. Il pouvait déjà percevoir leur souffle rauque et puissant qui se rapprochait de lui de seconde en seconde, lui refroidissant la nuque, ainsi que le frottis des feuilles et le craquement du bois sec sous leurs masses raplotes.

Surtout ne pas paniquer, ne pas courir, ne pas leur dévoiler sa peur. Peut-être ces créatures chafouines s'en nourrissaient-elles, à l'instar des larves astrales ? Qui peut le dire ? En savez-vous davantage, ou quoi ? L'Université ricane, bien sûr, comme à l'accoûtumée. Riez, riez, pisse-froids tousseux, vieux rassoteux, mais fichtre, "l'Univers est grand, et petite la Cité", ainsi que le répète souvent l'explorateur Oleg-les-grands-pieds-au-nez-de-mouche.

        Soudain les buissons s'ouvrirent sur quelque chose d'encore plus inattendu. Là, sur la terre argileuse, comme pétrifiées, sans doute à cause de leur plus haute antiquité, des traces, oui, des traces d'une sorte de patte d'oie géante narguaient le temps et jalonnaient un parcours autant primesautier qu'aléatoire, et qu'Aldoran, tels les cailloux du Petit Poucet, s'empressa de pister. Mais connûtes-vous jamais dans votre enfance un seul Jeu de l'Oie qui ne débouchât pas sur une impasse ? Moi non plus. Donc pas d'exception pour le prince. Car les pattes de l'oiseau fantastique finirent leur extravagante échappée juste devant une espèce de borne zoramétrique que la vieille Goule Vergamoth Von Vertugaden avait tartiné de lichen.

        Intrigué, Aldoran gratta la pierre avec son couteau de poche à manche d'os de dinde. Et, ô stupeur, que vit-il ? Il vit que cette borne était en réalité une stèle, et que cette stèle lui était autrefois apparue en songe. Car il s'agissait de la fameuse stèle d'Adam le Klein.

"Mortibus, mortifère, morticole, voici le terminus", marmonna sardonique le jeune homme entre ses lèvres. "C'est donc là que tu fis ton paquet, le Gargan".

        Malheur au sacrilège, à l'impie qui se gausse sur l'autel des mânes de l'idole refroidie ! Le Grand Esprit des ancêtres ne rit pas, lui. Colère, rage et châtiment ! C'est ainsi que la terre mère, qui, meuble en cet endroit, avait tenu bon et veillé le sommeil d'Adam depuis la préhistoire, se déroba tout à coup sous les pieds de l'intrus, et se métamorphosa en une terrible fondrière qui, vengeresse, l'aspira aux souterrains séjours d'Hadès. Plus radical que l'ascenseur ! Le diable soi-mesme, sans conteste, avait tiré le prince par les pieds. Et la porte des appartements infernaux, trapézoïdale et ornementée de mystérieux motifs, se dressait maintenant devant lui résolument fermée. Une énigme irritante à laquelle il ne saurait bien longtemps résister...

Stèle d'Adam le Klein

retour -87/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.