La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page
MySpace

***


        Voici donc une fois de plus, le noble fils de Kergal reparti à courir après sa capricieuse étoile. C'était un jeune homme, à présent : grand, musclé, droit comme un i grec, et le poil au menton. L'école du Faune l'avait endurci à la spartiate et mué en une espèce de stakhanoviste des eaux-et-forêts autant laborieux qu'industrieux. Bonne chose, sans doute, dans ces contrées dépourvues de compassion pour les faibles, mais plutôt étriquée pour quiconque aime l'aventure et les mondes nouveaux.

        On ne tarda pas à lui en servir pour ses deniers. D'abord, il rencontra la devineresse qui logeait non loin du puits, celle dont le capitaine avait parlé. C'était la première fois qu'il la voyait par ici, c'était aussi la première fois qu'il la voyait tout court. Une tête en berlingot, tout à fait exact : face A, face B, face C ; la vraie, la fausse et l'incertaine. Ayant gardé en mémoire l'étrange procédé que lui avait préconisé le logicien pour interroger la figure complexe, Aldoran, qui se crut sans doute spirituel, perdit une excellente occasion de se taire :

--Gente Fée, flatta-t-il C, j'ai l'honneur et l'avantage de vous rapporter les propos que je tiens de l'une de vos soeurs cadettes qui, tout à l'heure encore, m'assurait en souriant que la deuxième lui avait vanté l'extrême beauté de votre visage et l'intelligence qu'on y voit transparaître à tout moment du jour.

        À ces mots mal mesurés, Anne, Bécassine et Caroline entrèrent dans une sombre fureur, une vraie querelle de chiffonnier. Les deux premières s'accusaient mutuellement de mensonge devant l'offensée qui se jurait bien de découvrir les dessous de l'histoire avant le crépuscule. Mais de qui se moquait-on, nom de nom ?

        --Je suis votre aînée, respect vous me devez, vociféra la susceptible qui savait le passé.

        --Mais tais-toi donc, la folle, on ne t'a pas causé, renchérit la prêtresse du futur.

--Non, toi, Bécasse. Ferme ton bec. Qu'avais-tu besoin de provoquer la vieille ? On a pas fini de l'entendre déblatérer, à présent. C'est malin.

Et cent amabilités de la même farine. Tant et tant, qu'en fin de compte, Aldoran ne tira rien de concluant de cette brève conférence triangulaire, excepté une claque sonore qu'il n'avait pas volé. Une claque herculéenne. De quoi vous cabosser un heaume. Une taloche si vigoureuse qu'elle l'envoya voltiger vers une partie de l'Île qui ne devait pas même figurer sur les cartes du Furet.

--Mais, mais, c'était pour rire ! bredouilla le prince abasourdi qui tentait, tant bien que mal, de recouvrer ses esprits, et dont les oreilles sifflaient comme une cocotte-minute saturée de vapeur.

retour -86/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.