La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***


        Aldoran, quant à lui, atterrit sur l'Ile de Mandrakor qui émergeait au beau milieu du Lac. Les runes ne lui coulaient plus des oreilles. Suite à la déflagration elles avaient essaimé un peu partout dans Kermalia, et nombre d'entre elles pendouillaient encore aux branches des arbres à l'entour, au grand dam des Grimlins d'ailleurs, qui récoltèrent plein le caillou avec un enthousiasme mitigé ces moellons de sapience. Demain, des sorciers moins innocents s'en empareraient pour en user qui sait comment, les vouant à de bien sordides tripotages. Et quand je dis sorciers, je ne parle pas de ces mâche-ciguës facétieux du dimanche, menu fretin, novices en comparaison, qui, rencoignés au creux du Sycomore Maudit, surent en ricanant la bière de Boicussec au décours du soleil.

        Le prince exultait de ce que le sort l'eût enfin dispensé des assiduités de l'Ondine --que dis- je ? de ce monstre pélasgique dont l'odeur de moule fatiguée accusait toujours plus avant le poids des ans. C'était moins cinq qu'il ne l'accomodât pas en bouillabaisse. Et par ce singulier retour de manivelle des contingences terrestres qui vous surprend à quitter presque heureux ceux que vous crûtes, autrefois, plus nécessaires à votre vie que le souffle à vos bronches, notre ami s'imagina, la joie transfigurant, dans quelque ruisseau du Paradis tremper son royal postérieur. La Providence, cette vieille coquette qui sur toutes choses jette son oeil indistinct et vitreux, sans doute afin de ménager son séant et ne le trop point endolorir, en avait ainsi décidé. Juste à côté d'un gué, ses os furent épargnés : ogué, ogué ! Goulou, goulou, goulou ! Et comme jamais une grâce du ciel ne descend sans cortège, taille d'homme au prince fut rendue.

   Ô merveille des merveilles, jour de toutes les bontés.

        Marcher, courir, bondir, grimper, ramper, nager, il le pourrait enfin, et dans des proportions dignes de lui davantage ; il lutterait dorénavant à armes égales contre l'adversité, et peut-être, au bout du tunnel la liberté. Une liberté dont il priserait la juste valeur pour en avoir depuis des lustres de lustres oublié la saveur. Et tout ragaillardi d'une espérance neuve, Aldoran franchit le gué d'un pas hardi, les fesses barbouillées mais les oreilles sèches. Bref donc, l'honneur fut sauf.



retour -80/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.