La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***


        Après qu'il se fut escrimé avec une épine longue comme un cure-dents contre trois sauterelles, une musaraigne, et un lézard vert qui lui voulaient témoigner leur trop brûlante affection, après qu'il eut traversé d'interminables champs d'orties agrémentés de ronces et de chardons, notre petit Tom Pouce atteignit le fameux lac que Dame Mouligas lui avait enseigné.

        Le brouillard avait tiré sa révérence et déployé ses ailes de gypse. Il planait maintenant au-dessus d'une armée de séquoias vétérans qui interrogeaient leur éternité dans le reflet turquoise des eaux gorgées de lumière. Leurs branches, qui eussent pu servir de layettes à Mathusalem et de coton-tiges à Gargamelle, frémissaient par moments. Ou plutôt, de soudaines convulsions agitaient les membres des vénérables conifères : c'étaient les espiègles Grimlins, peuple badin et insouciant, qui se réveillaient de leur sieste et sautaient comme des puces d'un rameau d'aiguilles à l'autre pour manifester leur liesse ou bien leur épouvante, lorsque le lynx aux yeux pers échelonnait en feulant un tronc altier.

Aldoran eut envie de profiter de la trop rare apparition du soleil qui, sous ces latitudes où les rudes frimas règnaient sans partage, semblait connaître l'exil d'une villégiature de campagne. Oui, profiter de la clémence passagère des éléments pour se décrotter un tant soit peu, se ravigoter, se redonner une esquisse d'apparence humaine, c'était là tout ce qu'il souhaitait.

        Il avisa une coquecigrue au long col qui scrutait la plaine liquide, et s'apprêtait à fondre sur une ablette que la livrée d'argent venait tout juste de trahir. Hop ! Plus vif que la poudre, il se suspendit aux pattes du chiméricque oyseault et se laissa choir au plus profond du Lac où il nagea avec bonheur, en dépit des recommandations de Mouligas la docte. D'aussi loin qu'elle le vit, certaine bête à gueule de baudroie de notre connaissance courut à sa rencontre, et lui fit bien savoir au cadran de sa montre, qu'à midi sonnante il n'était pas trop tôt.

        L'estomac de Tictac était tout en micmac. Son tube digestif-toboggan alimentait une bouillie épaisse et pâteuse dans laquelle flottaient mille objets épars badigeonnés de suc, margouillis tournoyant en maelstrom dans un borborygme infernal, et qui donnaient à entendre à notre petit homme qu'il ne serait pas le premier civilisé qui eût achevé son destin dans les sombres viscères d'un mastodonte lacustre.

        Sporadiquement, de la mixture à l'odeur de vomi émergeaient une lampe à huile, une combinaison homéotherme, un boulier compteur, un hochet, un bouclier en cuivre, une machine à laver, un bâteau à rames, un ascenseur, la fameuse tocante qui rendait Karaboss fou de rage, des pommes, des poires, et des scoubidous.

Choses inanimées, possédez-vous une âme ? En cet instant précis on aurait pu le croire, tant ce pandémonium dansant paraissait incongru en ces lieux retirés. Car enfin quoi ? Comment pouvait-on penser que des hommes sains d'esprit eussent peu ou prou vécu dans cette jungle inhospitalière ?

        Aldoran se posait la même question, lorsqu'une vague déferlante de bile reflua vers lui une espèce de marmite qui fumait et chuchotait un mystérieux "blop-blop !". Entre deux bouillonnements, il entendit comme un râle à l'intérieur qu'étouffait un couvercle. Autant que le lui permettait sa menue taille, il ouvrit, quoiqu'avec circonspection, ayant encore en mémoire la fourberie de Pikekû. Ô surprise !

        Que vit-il ? Un homme, enfin, un vrai ! Du moins ce qu'il en restait, car le personnage qui occupait le coquemar, un vieillard cacochyme, pleurard, borgne et à demi clampin, le diable le tirait déjà par les pieds, fichtre ! Un vestige de cape écarlate sur son dos maigrelet, un rataillon de tunique noire et jabot blanc, tout cela donnait au vieux rabougri une dégaine d'épouvantail à moineaux. Ses ongles étaient des griffes, ses dents, bien que branlantes et déchaussées, en eussent remontré au Seigneur des Carpathes, et sur son crâne lisse et luisant vermiculaient des cornes d'escargot.

        --Qui êtes-vous, mon bon monsieur? lui demanda le prince.

        --Arrghh ! Comment ? Tu ne sais donc pas qui je suis ? dit le vieux d'une voix rauque.

        --Ma foi non.

        L'homme écuma.

        --Arrghh ! Pourtant, naguère j'étais plutôt célèbre. Les foules m'acclamaient, elles m'ovationnaient. Il n'y eut pas en cent mille ans, de procès où je n'obtins gain de cause. Le plus grand plaideur qu'il plut à la terre d'Ocland d'enfanter. Le roi de l'éloquence. Mais l'ingratitude de mes pairs me condamna au bannissement perpétuel lorsque l'âge de la retraite survint. Cent quatre-vingt mille ans, je vous demande un peu ! Et depuis ce triste jour, je bous dans cette marmite expiatoire dont l'exiguité insulte mon prestige et ma gloire passés. Qui je suis ? Advocatus Diaboli, voilà qui je suis ! Arrghh ! Maudite géhenne!

        --Et que plaidiez-vous ?

        Une étincelle verte ranima la pupille éteinte du moribond. Il retrouva la force de se moucher dans son jabot et s'éclaircit la voix.

        --L'avènement du Mal. Je défendais les criminels les plus infâmes, les brigands les plus indignes ; la crème des corrupteurs, des corrompus, des pervertis. Tel politicien aux doigts crochus, c'est moi ; tel homme d'affaires à l'odeur de hareng saur, c'est moi encore.

--Ah oui, le Hareng Saur, dit Aldoran. J'ai entendu parler de cette légende pour enfants. Mais moi, je suis grand, il y a belle lurette que je ne crois plus au Père Garrigou qui joue à Garou-Garou et qui sur les toits fait le cacou. C'était un marchand de tapis volants, je crois ?

--Et comment, qu'il a existé ! Ses tapis volaient si bien, qu'ils détroussèrent en une nuit toute l'élite argentée du Pays de Kan. Lui, personnellement, ce n'était pas tant qu'il fût voleur, mais il ne supportait pas qu'une porte demeurât fermée.

Ah, quel génie mes aïeux, quel génie ! Le Hareng fabriquait autant de faux témoins qu'il tombe de gouttes de pluie par temps d'orage. Il payait bien, ce sacripant-là. Rubis sur l'ongle. Sauf ses fournisseurs, hi, hi ! Et jamais un ennui de la part des autorités. Des années fastes... Il ne perdait aucun contentieux. Normal : il avait tout le gouvernement dans sa manche. Un client en or, jeune Tonte, comme il ne s'en fait guère qu'un ou deux par siècle.

        --Et alors, vous trouvez ça bien ? Ça ne vous gêne pas ?

       Le vieux éclata de rire. Ses cornes d'escargot se tortillaient, des vapeurs de soufre s'échappaient de sa bouche diffamatoire.

--Ah, ah, ah ! Es-tu naïf, petit Tonte. Vraiment, ta candeur me divertit. Que tu es drôle. Oh, oh ! Et que crois-tu? Le Bien, le Bien, vous ne jurez que par ce mot-là, vous autres, les vertueux. Vous imaginez qu'une fois le Mal détruit et relégué aux oubliettes, le Bien triomphera sur son piédestal, accompagné de petits anges joufflus munis de blanches ailes dans le dos. Oh, oh ! Impayable !

L'avocat n'en pouvait plus d'hilarité. Il riait comme un bossu. D'ailleurs, il l'était. Soudain, son rictus se figea et laissa place à sa mine sévère des mauvais jours. 

--Arrghh ! Mais malheureux, reprit-il d'un air de componction, ne sais-tu donc pas que le Mal est nécessaire pour l'avancée du Bien ? Sépare-t-on le marteau de l'enclume, l'ombre de la lumière, l'idiotie de l'intelligence ? Supprime l'un, l'autre meurt aussitôt. Plus de monde possible, qu'il soit meilleur ou qu'il soit pire. Si tu veux raser l'assistance à coup sûr, conte-lui une histoire de gens heureux. Effet garanti. Par Rodilardus et Saint Vaudigras, je te le jure. Toute la vérité, rien que la vérité. Delenda Carthago

--Ah oui ? Et bien moi, je ne mange pas de ce pain-là, rétorqua le prince. Vade retro Mascouillonnas ! vitupéra-t-il en pointant un index accusateur sur le plaideur confit qui se grattait la pendilloche.

Et chose merveilleuse qui passe l'entendement, les oreilles pointues d'Advocatus Diaboli se mirent à siffler comme une cocotte minute, cependant que tournicotait sur elle-même la marmite affolée qui, pirouette cacahuète, s'enfuyait à toute vapeur par les intestins circonvolutatoires de la Glougloube, dans un grand gargouillis de latrines à emburelicoquer un sourd. 

"Bigre, voilà qui commence bien ! se dit Aldoran. Charmant locataire."Il ne savait pas, le prince, ce qui l'étonnait le plus des deux, de la rencontre inopinée de ce vieux sac à bren au profil détiré dans un canton de nature en disgrâce, ou de constater qu'il était plus discourtois que le plus arsouille d'entre les Croquebleus. Non pas qu'il découvrît en la circonstance l'art de muflerie et de tarabuste, les Ogres et les Xuglons, ces petits quinteux, lui en offraient au Panier de la Bourse un constant et vivant témoignage ; mais saperlote, Panturle et Saint-Cucufin, où faudrait-il aller se perdre pour dégoter un zoranien au parler affable ? Et pour un de la coterie des avocats, ça était un fameux castar, une fois ! Autant comparaître devant Bridoie, le juge qui souloit rendre sentence à coups de dés.

retour -66/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.