La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***

        Un peu en amont de chez les Ogres, dans le quartier chaud et sec, 7, rue de l'Estampette, Rataton tricotait des jambons. Il courait comme un possédé après sa silhouette camuse et rebondie qui mordait la poussière. Le traître, son beau tapis jaspé de mille taches brunes, venait tout juste de lui signifier son congé. La carpette volante, en effet, avait décidé de se payer un peu de bon temps, et pour le même prix la tête de son maître. Elle voguait deçà delà, au hasard de sa course, virait à bâbord puis à tribord, montait, soubresautait, descendait en vrille, piquait en rase-mottes, et remontait brusquement à l'assaut du ciel pommelé de nuages, puis retombait soudain sur le plancher des vaches. Elle avait l'insolence de ces fichus que le vent ravit aux épaules des femmes un jour de bourrasque pour les flanquer dans une rigole, après cinq minutes d'un insoutenable suspense. Et ce qui devait arriver, arriva : la monture rétive du marchand d'étoffes amerrit en plein milieu d'une flaque de boue verte et croupie, où elle s'ébroua comme un petit chien fou perdu dans le Marais des Pompemerdes.

        Mais Rataton ne releva pas la chose outre mesure. Pas même une jérémiade. Il avait d'autres chats à fouetter. Ce qui s'était dit en salle du Conseil le préoccupait bien davantage. Il se glissa, encore pensif, dans le soupirail de sa cave. De cette pratique peu orthodoxe, ne vous étonnez point, bonnes gens. Car les hommes-chats, que ce fût par atavisme ou par superstition, ne passaient jamais le chambranle d'une porte. Ce n'était pas, au fond, tellement plus étrange que la crainte qui poussait le jeune Klaus Tro Phobie à dormir perché sur un arbre plutôt que dans quelque gîte humain. Au rez de chaussée expliquait-il, il redoutait durant son sommeil que la terre ne se soulevât et ne l'ensevelît vivant. A contrario il avait peur qu'à l'étage, une poutre ne lui administrât le coup du Père François.

        La rue de l'Estampette, doit-on le préciser, recensait tous les cas d'école que l'on rencontre d'ordinaire dans le microcosme du petit négoce. Le degré de hiérarchie atteint se mesurait en magouilles par zoramètre carré. Plus on habitait en hauteur sur cette voie pentue, plus chevronné arnaqueur on pouvait se flatter d'être. Les Ogres, grands bambochards devant l'Éternel, mais plus rustiques que voleurs, à cause de ce que leurs ruses cousues de fil blanc n'illusionnaient plus personne, logeaient tout en aval, au ras des paquerettes ; Rataton, grugeur médiocre, entre le plus et le moins se tenait à mi-flanc ; puis on trouvait Macchabésias, le croquemort qui vendait deux cercueils vermoulus pour le prix d'une caisse en bois d'arbre. Sousgrobis, quant à lui, vivait en altitude à deux pas du palais, raison qui lui avait peut-être fait dire antan, que "nul ne rend monnaie qui par temps froid porte moufles"..

Oui, l'homme-chat était soucieux. Triste, même. Depuis la perte de sa femme, la mélancolie lui collait aux semelles comme un caramel mou. Le pauvre diable avait les yeux à côté de la figure, et la moindre contrariété chargeait sa physionomie d'une ride superfétatoire, ce qui lui faisait une assez vilaine hure.

retour -60/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.