La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF



Vos commentaires sur ma page MySpace

***


        Il ne nous semble pas inutile à cette étape du récit de marquer une pause et d'ouvrir une petite parenthèse pour expliquer le principe du voyage spatio-temporel, tel que Kabbalius l'imagina. Il reposait sur une conception de l'univers un peu spéciale, l'Univers-Sablier, à cause de sa forme, et que nous prîmes la liberté d'imiter d'un dessin que nous dérobâmes dans son laboratoire, lorsque nous nous y rendîmes avant hier. Et alors ? Léonard de Vinci l'a bien fait, lui, pour son hélicoptère : un coffre du KGB est si vite percé, quand on chevauche le temps.

        À l'aube de la Création, il n'y avait rien ; rien à voir, rien à toucher, rien sur quoi penser, pas même la pensée. Seul Aleph, le Champ Absolu, reposait en son sein, immobile. Comment eût-il pu bouger ? Ni le Temps, ni l'Espace n'existaient. Certains l'identifient à l'Être, d'autres au Néant, et pour ma part, j'estime qu'il est plus sage de me taire. Au fond, pour nous qui vivons et oscillons entre ces deux pôles intangibles, cela revient au même. Et comme le dit le coiffeur Ratiboix, ça me fait une belle jambe.

        Bref, Aleph se reposait dans son nuage, tout là-haut, drapé dans sa dignité mais s'ennuyant comme un rat mort, jusqu'à ce que, fatigué par tant de désoeuvrement, il se surprît à rêver pour se distraire qu'il faisait quelque chose. Alors apparut une sorte de fissure, le point Oméga d'où émana le premier songe, la première pensée, la lumière, l'âme universelle, un temps à deux dimensions et un espace à trois, et deux cosmos, K1 et K2, tous deux flottant en chiens de faïence, nappes d'hyperboloïde de révolution immergées dans le vaste océan de la Psychosphère, elle-même bornée par un cône infranchissable. Chaque cosmos avait une vision du temps opposée à l'autre, raison pourquoi on les baptisa Cosmos et Anticosmos.

        Ce n'était pas l'unique raison, d'ailleurs. Il y avait la matière et l'antimatière, deux agencements symétriques de la substance émanée d'Oméga. L'émanation s'apparentait à un flux de particules, les psitrons, qui, sitôt émises se séparaient en deux : une part constitua la Psychosphère, ainsi nommée parce qu'elle incarne le réservoir des pensées, des émotions, et des potentialités de toutes les créatures ; l'autre forma le continuum spatio-temporel, lieu des événements mesurables et concrets de nos seigneurs les physiciens.

        Toute l'illusion du monde provient de ce que, abusés par nos sens, nous croyons dur comme fer qu'il n'existe pour

relier deux événements A et B qu'un unique chemin continu de mesure ds. Sans chipoter sur la valeur de ds qui dépend

elle-même de la chaleur et de la vitesse à laquelle se déplacent la règle et l'horloge servant à la déterminer dans K1,

Kabbalius, lui, avait compris depuis belle lurette qu'on pouvait gagner un temps incommensurable en projetant

l'événement sur la Psychosphère et en le faisant rebondir sur Oméga pourqu'il émergeât en B. Un court-circuit de

l'Espace-Temps, ni plus ni moins. Sortir du continuum, sortir de K1, si peu que ce soit, afin de n'être plus asujetti à ses

lois. Et comme le phénomène du rebond était instantané, plus de trajet effectif, plus de distance, plus de durée, c'est à

peine si l'on pouvait encore parler de voyage.


retour -56/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.