La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page
MySpace

***


        Mais laissons ce brave Kergal cuver son vin tranquille, et, sans nous soucier outre plus du sort de celui par qui le scandale s'était produit, élançons-nous à notre tour par-dessus les toits, et suspendons-nous discrètement aux fines boucles d'or d'un Sylphe voltigeur.

Là-haut dans les Montagnes Interdites, le crépuscule allongeait son corps langoureux sur le moelleux lit des crètes pourpres, et recouvrait l'horizon de son drap souple et parfumé qui retombait, léger, comme un grand sari de soie sur la ville engourdie, profilant les premières ombres fraîches du soir sur les façades crépies de rose et d'orangé.

        C'était l'instant magique où les Fées musardes badigeonnaient les murs de maints coloris fantasques, et paraient du manteau d'Arlequin la cité des hommes bleus. Étincelles, bluettes, flammèches, des Esprits Follets s'esquivaient gambillant du vieux cimetière des Goules, lequel attenait aux jardins de l'Université. Ils dansaient le fifredoux, et fourvoyaient neuf fois sur dix le passant qui enfilait à l'étourdie une ténébreuse impasse débouchant sur un meurtre, probablement Xuglon. Les Faunes s'ébattaient au clair de lune auprès du Puits des Sortilèges, où des Ondines sveltes coulaient des jours heureux. Les petits Ogres, en croquant des grillons, apprenaient la musique, tandis que des Centaures mécontents du labeur ruaient dans les brancards du fond des écuries. Les Sirènes chantaient, les Démons des Égouts braillaient par les bouches des caniveaux, pataugeaient, couraient et trépignaient le long de leurs tuyaux.

        Un Satyre rachitique flanqué de deux gros mafflus de Kobolds tristes et mistouflets, de chez compère Boicussec sortait en claudicant. Il jetait en sifflotant sa prothèse de bois en travers de l'allée, où de petites Trollopes frisées et court vêtues qui avaient dû porter des bigoudis toute l'après-midi jouaient à la marelle. Car le fripon espérait guérir ses acolytes de leur mélancolie en les régalant d'un spectacle gratuit au détriment des créatures. Le triumvirat de choc n'eut point trop à attendre : la première victime trébucha, culbuta, et se retrouva culotte au vent, principes essentiels beaucoup plus près du ciel.

        Une tripotée de vers luisants balisaient les charmilles herbues et moussues réservées aux Lutins qui, trottant clopin clopan, goûtaient la quiétude suave qui s'était maintenant installée dans le parc. Seuls les singes que l'on avait bouclé dans leurs cages après l'alerte du matin criaillaient de temps à autre, et exécutaient une série de galipettes anarchiques en ébranlant la grille avec perte et fracas. La mobilité notoire de ces braves bipèdes avait poussé l'un des locataires à étendre son champ d'action au-delà du périmètre autorisé, par-dessus les barrières, les enclos et les murettes. La brèche béante qui aérait le compartiment du fond en disait bien assez long. Nostalgie des ancêtres, quand tu nous tiens !

        Un vrai génie, celui-là. Un gai compagnon avec qui j'eusse volontiers mangé à table. Ah, si seulement il avait aimé le foie de veau...

        C'eût été une monumentale erreur que de sous-estimer la faculté d'adaptation de ces primates, surtout depuis que Kabbalius avait conçu le Cinématographe pour Singes, où, chaque jour qu'Aleph honore, les intéressés pouvaient suivre en technicolor sur la bobine pédagogique Z1 "Les Tribulations de Chiratoga, la guenon aux mains vertes"

        Les zoraniens n'usaient plus pour eux-mêmes de cette merveilleuse invention qui avait pourtant connu son heure de gloire autrefois, mais qui, avec l'apparition de l'hologrammikon vocal était tombée en désuétude l'espace d'une saison. Quoiqu'il en soit, les singes tiraient de cette bobine moult enseignement, et, au bout de trois mois d'apprentissage assidu, n'importe lequel d'entre eux était en mesure d'exécuter des tâches aussi diverses que celles de cuire un gâteau, tricoter un pull-over, réparer la plomberie d'une chaudière, ou labourer un lopin de terre avec le soc ad hoc. 

        On leur déléguait ainsi tout ce que l'on ne voulait pas faire. Et comme en matière de paresse les zoraniens ne le cédaient à personne, c'est dire combien les singes étaient devenus adroits au fil des siècles. L'idéal de la main d'oeuvre au rabais, le rêve du propriétaire : cacahuètes et monnaie de singe. Il s'en trouvait même quelques-uns parmi les plus doués capables de prodiguer leurs meilleurs soins aux malades et aux handicapés, raison pourquoi on leur avait concédé le titre d'Infirmier Capucin. Et avec l'inexorable avancée de la modernité galopante, il est à prévoir que tous les hôpitaux de l'an 2050, les bibliothèques et les écoles publiques s'étayeront sur la base d'un personnel simiesque débordant d'humanité. D'autant plus que, dès 2014, les animaux recouvreront l'usage de la parole. À moins que ce ne soit l'homme qui recouvre le sens de l'ouïe. Tant mieux : je crois qu'ils ont bien des choses à nous dire... 

        Mais le lecteur eût pu lire aisément tout cela dans le regard expressif et sagace du cercopithèque au postérieur râpeux de la cage du milieu qui, avec une étonnante dextérité, écalait une noix sèche à coup de pierre pour en extraire le savoureux contenu. Des clameurs sporadiques et lointaines échappées des entrailles de la profonde Kermalia ponctuaient le silence. Doucement, les saules pleureurs susurraient leurs doléances et se balançaient au gré de la brise îvre aux mille doigts mutins ; les frênes grinçaient, les sorbiers dodelinaient, les roseaux gémissaient ; insouciantes, les campanules carillonnaient et les primevères froufroutaient, non loin des tamaris. Les senteurs des résineux et du miel d'accacia se mêlaient à la fragrance du jasmin, de l'églantine et du mimosa, florilège d'essences qui, par bouffées, s'élevaient dans la nuit comme une cantilène qui racontait l'âme de cette ville en quête d'avenir.

        Dès l'apparition de la première étoile, ne demeuraient plus sur la place que l'Arbre du Sacrifice et la Dryade

nichée bien à l'abri sous son écorce. Négociants et artisans avaient rentré leurs étals et rabattu les lourds rideaux

d'acier qui protègeaient les échoppes du visiteur intrus.


        Pour qui connaît l'animation qui, lorsque culmine Phébus, enfièvre ce lieu festif, le contraste a de quoi dérouter.

Un
chat hirsute se débarbouillait la figure et contrôlait le bon déroulement de sa toilette dans le reflet d'une vitrine de

poissonnier qu'il venait tout juste de lècher. Un scarabée roulait sa boule avec le même entêtement que cet enragé de

Sisyphe. À chaque
aspérité,
à chaque craquelure que lui opposait le sol, il heurtait contre le pavé élimé sa carapace et

son rostre racorni. Un promeneur trimballait après sa laisse un dodu caméléon qui voulait pisser. Trois iguanes

insomniaques sorties prendre le frais rampaient sur le trottoir et gobaient en catimini des insectes, à deux pas de

l'aguichante Trollope en bottines et à l'oiseau fuchsia qui, en tapinois, allait et venait sous les sombres arcades avec

une régularité de montre suisse. Et que vogue la galée !



retour -54/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.