La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***

Par bonheur pour le prince, les trois chirurgiens officiaient, cette nuit-là, sur quelque chasse privée que ne mentionnait pas encore la carte du Furet.

        Il va sans dire que le peuple croque-noisette, pas plus que la gent de garenne, ne pleuraient le congé sabbatique des longs crocs. Aussi, après avoir tout juste trottiné cinq cents pas de souris, Aldoran, au détour d'un sapin, heurta son front contre celui d'un lapin qui errait d'aventure. Ce n'était pas n'importe qui. C'était le Lapin Philibert. Il jubilait, pétulant, dans son gilet vert, persil aux dents et oignon au gousset. C'était un lapin élégant car il portait des gants, le pantalon de Gédéon, demi-frère persan du bon sieur Rataton, et un gibus-accordéon. Pour trouver son chemin, il agitait dans tous les sens le pendule divinatoire qu'il avait chapardé à ce cher maître Théodule.

--Bougre de petit rabast ! gronda Philibert. Es-tu donc si pressé de passer l'arme à gauche ? Qu'il trépasse en glissant ou cuise en fricassée, ne t'en déplaise, qui vit cassant meurt cassé.

        --Mille pardons, monsieur Du Lapin, s'excusa le prince en se relevant. Je ne vous avais pas vu arriver.

--Je suis pourtant bien assez grand ! Mais soit, admettons. Philibert, pour te servir, Président d'honneur de la Société du Haricot Vert, décoré de l'Ordre de la Chicorée, premier médaillé de la Confrérie du Rutabaga, des Côtes de Blette, et de la Chicaroube, déclina l'animal avec emphase, en ôtant son chapeau de feutre noir.

--Quels drôles d'habits pour un lapin, gloussa le petit d'homme, en considérant le frac à boutons dorés qui enveloppait le gilet, les souliers en cuir vernis, et le haut de forme de son vis-à-vis. Pour vos "oneilles", vous procédez comment ? Les pointez-vous au-dehors de ce charmant galurin, ou bien les rentrez-vous au chaud ?

        --Eh, euh, ma foi, j'avoue n'y avoir jamais pensé. Ça dépend d'où vient le vent, je présume. Quoiqu'il en soit, je me rends à cette heure chez quelqu'un de très important qui donne un gala de charité dans sa riche demeure. Alors je me suis mis sur mon trente et un pour aller chanter, forcément.

        --Vous chantez ? s'étonna le prince.

        --Et pourquoi non, jeune homme ? Non seulement je chante, mon ami, mais de surcroît je danse et exécute maint tour de passe-passe devant un public trié sur le volet, pavoisa Philibert : rien que des Ducs, des Comtes, et des Marquis ! Tout Kermalia m'applaudit depuis belle lurette, du reste. Grands comme petits. Et à mon âge, on ne compte déjà plus mes ovations et mes triomphes, rajouta-t-il avec un soupçon de forfanterie.

        --Ah ? Et quel âge avez-vous, monsieur l'artiste ?

        --Chut ! Ces choses-là ne se divulguent pas ici, dit le lapin sur le ton de la confidence. Voyons, c'est à la fois très simple et très compliqué. J'ai un an de moins que le hérisson Nestor, deux de moins que cette vieille baderne de laie Castagnette, et la somme de nos ans égale le nombre d'anges solaires, les Cucufim. En outre, quand on sait où trouver deux d'entre nous, on déniche à coup sûr le troisième en parcourant certain cercle magique dont je tairai le nom. Voilà pourquoi il ne nous est pas permis de nous rencontrer.

        --Et si cela arrivait ?

        --Ça serait une catastrophe, la fin du monde, frissonna Philibert. Et pourtant, il le faudrait... rapport au Grand Secret.

        --Comment ? Quel secret ? Or çà, parlerez-vous, messire de l'Esgourde ? s'impatienta Aldoran.

        --Le Secret de Kermalia.

        --Kermalia renferme un secret ?

        --Oui-da, comme toutes les forêts. Celui de son véritable nom qui libère de sa condition quiconque le prononce, et dont chacun de nous trois détenons quelques lettres. J'en connais quatre. Mais à quoi bon, puisque nous n'avons pas le droit de nous concerter ? geignit le lapin. À quoi bon ?

--Moi, je pourrais peut-être assurer la liaison, suggéra le prince, qui commençait à entrevoir quel parti tirer de la situation.

--Et qui me prouve, petit malin, qu'une fois mes lettres en ta possession tu n'en profiteras pas pour m'évincer ? objecta le rongeur circonspect.

retour -45/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.