La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

          Rassérénés, les convives burent sans se faire davantage prier. Hélas, mal leur en prit, car ils rapetissèrent, et furent aussitôt réduits à de lilliputiennes dimensions. Aldoran avait pris la stature d'une taupe, et Smigoll, tout penaud, ne dépassait pas la taille d'une oie. À crever de honte.

--Eh oui, dit la vieille sarcastique. Ratatinax, mon philtre favori, vous a prodigué ses meilleurs soins ! Maintenant je vous tiens à ma merci. Sachez pour votre gouverne, que nul ne viole impunément mon territoire. Quiconque a le malheur d'y pénétrer ne s'en tire pas vivant.

        Ce disant, la méchante sorcière Pikekû attrapa nos deux amis en ricanant, et les enferma dans une cage aux épais barreaux d'acier pour se laisser le temps de statuer sur le sort qu'elle leur réserverait bientôt. Après quoi elle se rendit dans la pièce voisine, posa la geôle de métal sur une table rustique à moitié pourrie qu'ensevelissait un monceau de parchemins huileux et de grimoires trifougnés par les vers et les rats, enfourcha le balai à réaction de cinq cent mille chevaux-vapeur flambant neuf qu'elle avait gagné au loto des carabosses, puis s'éclipsa par la fenêtre en compagnie de son acolyte au sombre plumage avec une telle célérité, qu'il ne s'en aurait pas fallu de beaucoup que sa tête ne prît la forme d'une seiche aérodynamique.

        --Hélas, que ne t'ai-je écouté plus tôt, soupira le prince.

        --Il est bien temps de te lamenter, maintenant. Vous autres, les humains, c'est plus fort que vous : vous avez un viscéral besoin de passer par toutes les erreurs de la Création avant de comprendre qu'il ne fallait pas les commettre ! Il est vrai que ce maudit Nain ne te fut pas d'excellent conseil.

--Non, ce n'est la faute de personne, se ressaisit Aldoran. C'est le hasard. C'est tombé là. Ça aurait pu tomber n'importe où. Réfléchissons plutôt à la façon de nous évader d'ici.

        --Je pourrais essayer de fondre les barreaux en crachant dessus, proposa le dragon.

--Non, le sol de la cage est en métal. La chaleur se propagerait et nous grillerions comme des côtelettes. Cherche une autre idée.

        Aldoran scruta la pénombre au-delà des barreaux. Partout ce n'était que bric-à-brac de marmites cabossées, de cucurbites et de vases ébréchés, spatules de bois, louches en cuivre ; pilons, mortiers d'agate, pots en terre cuite étiquetés qui contenaient une pléthore de poudres, d'onguents et d'huiles puantes ; herbes, racines et mauvaises graines, infernales décoctions et mixtures nauséabondes.

        Sur la crédence, à côté d'énormes livres de recettes négligemment jetés, se trouvaient un poignard rituel à la pointe effilée, un masque cérémoniel au rictus mortuaire, sept statuettes de cire fichées de clous rouillés ; un encensoir noir rempli de boulettes à base de pavot, de mandragore, de cigüe et de jusquiame, pétries et amalgamées à de la lie de vin de crapaud distillé qui avait macéré un an révolu dans un foudre de chêne avec de la cendre de belette ; un superbe gobelet en corne de jobelin plus trois bougies blanches disposées en triangle isocèle à l'intérieur d'un cercle peinturluré au sang de chouette sur une peau de hyène enduite de graisse de loup, et une espèce de hochet dont usait Pikekû lorsqu'elle psalmodiait en bavant les incantations qui consacraient l'autel et ouvraient la scéance : "Fayala otara péli malota vé qualaro otamé siravali pariala".

        La seule parade efficace que l'on pouvait alors opposer à l'envoûtement de la sorcière, consistait à porter en pendentif de l'héliotrope cueilli sous certaines conditions et enveloppé dans une feuille de laurier avec la dent d'un jeune Loup-Garou opéré par Méphisquenotélès, ce qui explique en partie pourquoi la confection d'une telle amulette n'allait guère de soi : la Caisse d'Assurance Maladie ne rembourse pas les Loups-Garous, chez le notoire praticien surtout !

        Pour notre part, nous savons une voie plus aisée à suivre, que vous aurait aussi préconisé, s'il l'avait connue, ce cher compère Baudetgris, le marchand de gri-gris. Antidote le sort et prévient les maladies suspectes. Effet garanti. Or donc introduisez-vous à minuit dans quelque musée du Caire ou d'Alexandrie ; dérobez-y furtivement un fragment de momie que vous attacherez autour du cou. Voici trois mille ans que nous expérimentons la méthode avec bonheur. Mais, signalons par honnêteté, que le roi François 1er qui l'essaya répandit à son sujet un autre son de cloche : "Souvent momie varie, fol qui s'y fie."

retour -42/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.