La Quête d'Aldoran, roman en ligne


Amuse-gueules
- Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

--Oh pardon, maître, je ne vous avais pas reconnu, s'excusa Obéron, d'un ton doucereux. Voici Puck qui va s'occuper de vous.

        --Par les monts, par les vallées ; au travers des buissons et par-dessus les haies ; promontoires touffus, halliers, parcs, futaies et prés rustiques ; moi, le gentil Puck, j'erre en tous lieux, partout je pérégrine. Tantôt j'humecte de rosée les enfants de l'Aurore, et tantôt je m'endors au frais giron de la rose cramoisie. Parfois, plongé dans quelque songe, aux bruineux alentours d'une source opaline, parmi la primevère, le lys, et le pavot, on me trouve accroupi la tête entre les mains ; parfois aussi, je pars quérir le suc de la pensée d'amour, j'en enduis les paupières des filles assoupies. J'apparais au chevet du moribond inquiet, tout comme à celui du bambin épris de contes merveilleux. Par l'un de mes bons tours, souvent, je divertis mon roi. Quand le lait tourne dans la jarre, et quand le fermier tout surpris durant la traite du hennissement incongru qu'a poussé sa génisse, tombe du tabouret, n'en doutez pas, c'est moi. Quand s'abbat une pluie de graviers sur l'appentis de tôles, c'est moi toujours. Frappe-t-on les draps de la ménagère à minuit à grands coups de batte ? J'y suis. Le moulin du meunier s'emballe-t-il ? J'y veille. Qui remplace par des fèves farineuses les os du chien dans sa gamelle, l'écu de Boicussec par une plume d'oie, et qui souffle au museau d'un Cyclope chagrin ou d'un Xuglon maussade ? Oui, c'est moi, ce brave Puck, Robin Bonenfant, Hobgoblin, l'esprit follet rôdeur des nuits. Nombreux sont mes talents. Ordonne, Nain : que veux-tu ?

        --Je voudrais un pain.

        --Voici.

        Puck gifla le Nain et disparut dans la lampe. Toute la joyeuse troupe de lurons volants l'imita. Et le Nain aux Mille Yeux s'arracha les cheveux et les jeta au loin, tant et tant, qu'il ne lui resta bientôt plus qu'un ridicule toupet sur le sommet du crâne. Quel idiot ! Il n'avait qu'à réclamer du foie de veau.

        --Saperlotte ! Cornes de Licornes ! s'exclama-t-il. L'impudence de ce coquin d'Obéron ne connaît donc pas de bornes. Et puis, la loyauté ne l'étouffe guère : il est comme ce chien de Jean Nivelle qui fout le camp quand on l'appelle. Je crois, mon garçon, que si nous voulons manger, nous devrons nous contenter de maigre. Une chance qu' il me reste encore quelques fruits secs. Mais, j'en reviens à ma question de tantôt : que faites-vous ici? 

--Nous cherchons notre chemin, répondit Aldoran. Nous venons de Zatlan dont je suis le prince, et nous aimerions rentrer.

        Une troublante mélopée qui semblait émaner d'une flûte de Pan, dans le lointain, se fit soudain entendre. Oh, c'était aussi léger et subtil qu'un murmure, et l'on eût pu l'attribuer à la caresse du Zéphyr qui, suave, s'insinuait dans les joncs et les roseaux. Mais 0l Men, si l'on en jugeait par sa mine assombrie, ne s'y trompa guère.

        --Ah, non... je ne peux pas..., bredouilla-t-il. Il faut que je m'en aille. On m'attend... D'ailleurs, je suis en retard... Et de toutes façons, si dans Kermalia chacun sait comment on entre, nul ne sait, hélas, comme on en sort. Prends cet oeil néanmoins, ajouta-t-il en s'ôtant du chef une ultime feuille d'érable. Lorsque, moi parti, tu voudras t'orienter, lance-le aussi haut que tes forces te le permettront : tu acquerras au travers de lui, autant que durera sa courte parabole, une vision panoramique. Non, vraiment, il me faut prendre congé de vous. Adieu, prince.

Et le Nain se sauva, sautant deçà delà, de fourré en fourré, usant du gracieux entrechat qui l'avait fait connaître : boum, boum, boum !

retour -39/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.