La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace


***

        Il existait cependant au sein de l'Université un petit noyau d'irréductibles qui refusaient, encore et toujours, de sacrifier leur avenir à la contingence immédiate. Ils figuraient parmi ces rares individus courageux qui osent penser qu'une vie ne vaut d'être vécue que si l'on se donne la peine de lui chercher un sens. Pas d'autosatisfaction béate, pas de médiocre facilité dénuée d'idéal ! Noble philosophie, certes, mais difficile à mettre en oeuvre lorsqu'on côtoie chaque jour les Ogres, les Cyclopes et les Nains.

Néanmoins, le principe de base semblait bel et bon. À dose homéopathique, la sereine sagesse n'assassina jamais personne, et que quiconque souhaite s'améliorer ici-bas, reçoive notre estime.

        Or donc, un certain professeur Alambix, du nombre des irréductibles, se présenta un beau matin dans l'Amphi principal. C'était un original comme on en voit trop peu, une espèce de vieux savant fou aux cheveux rebelles et boguelus qui portait toujours un bas de chaque couleur, en l'occurrence le jaune et le vert.

Le distrait pénétra par la porte trapézoïdale, ou plutôt s'y cogna comme un sac à vin de chez Boicussec, revêtu de la fameuse tunique blanche des pédagogues du troisième cercle et de la cape d'honneur écarlate des conférenciers âgés de plus de sept mille ans.

--Je vais vous parler aujourd' hui de l'Alphabet Transcendantal, commença-t-il d'un air théâtral en pointant vers le plafond hémisphérique la baguette de coudrier qu'il employait d'ordinaire pour fouetter les Ogres somnolents. La première leçon portera sur le A. Ah ! Que de choses à dire sur la lettre A !

Les Ogres baillèrent: "Ahhh !". Schlack !, coup de baguette. Les Satyres ricanèrent, les Nains gloussèrent, les Lutins pouffèrent, et les Xuglons se mouchèrent le nez, ce qui est sur Zoranius de la pire incongruité.

        --Écoutez-donc, graine de mécréants ! A, c'est la vibration primordiale, celle qui donna naissance au monde, le Verbe Créateur, l'Aube des Temps. A se décompose en deux éléments indissociables, le Λ et le _. Le /\ , c'est le rayonnement solaire qui, depuis un point-source, nous envoit sa fécondante lumière, comme un céleste adombrement frappant nos têtes de mortels indignes, cependant que le principe passif du _ lui sert de réceptacle, de calice, de matrice développante. Le Ciel et la Terre. L'Esprit d'Aleph qui plane sur les Eaux ; l'éternelle alliance de la nature naturante et de la nature naturée. Comprenez-vous, mes chers enfants, combien tout cela est merveilleux ? Λ , c'est le compas divin, _ , le support matériel sur lequel Il traça le Grand Cercle des êtres.

Il y eut un profond silence dans la salle. Même les Cyclopes qui étaient assis au tout dernier rang, là-haut, dans les gradins, et dont la complexion ne prédisposait guère au recueillement, se tenaient cois. Étrange. Le charisme de l'orateur, peut-être ? Ils semblaient se laisser bercer par les doux trémolos de la voix d'Alambix qui vibrait dans l'Amphi avec vive émotion.

        --Lequel des deux précéda l'autre, reprit-il en posant son regard interrogatif sur un Gnome qui tripatouillait une poignée de cailloux qu'il avait mis dans sa trousse pour tromper son ennui ; oui, lequel précéda l'autre, du compas ou de la feuille ? Nous ne nous en inquièterons pas ici, rassurez-vous. Cela relève de l'initiation du quatrième cercle, et seul le grand mage Kabbalius connaît, dit-on, la vraie réponse. Et comme vous le savez, il vit retiré dans son laboratoire au coeur de la forêt de Kermalia, dans quelque lieu occulté aux yeux des profanes, où fort peu de zoraniens ont le privilège de se voir conviés. Brave saint homme ! Je lui dois tant.

        Alambix s'interrompit soudain. Des chuchotements agacifs fusaient de tous côtés dans l'assemblée depuis trente secondes.

        Le spectre émacié de la discorde à l' horrible visage vert venait de poser son postérieur nauséabond quelque part dans l'enceinte. Car de fil en aiguille, le murmure diffus s'était mué en tempête, et il n'avait pas même fallu le temps à une châtaigne de tomber d'un tabouret pour que l'on en vînt aux paluches. Lesquelles mains, déjà, parlaient plus que les bouches ; on s'empoignait, on se griffait, on se traitait de tous les noms d'oiseaux. Les Ogres juraient, les Cyclopes vociféraient, les Satyres rotaient, les Xuglons prenaient d'assaut l'estrade et arrachaient de colère le lutrin de merisier, les hommes-chats apposaient maintes scarifications sur les bras de leurs adversaires, les Trollopes montraient leur "comment a nom" en baissant leur culotte et disaient qu'on n'avait jamais rien vu sous le soleil qui fût à la fois aussi mignon et aussi fondamental, et qu'ainsi, il était démontré preuve à l'appui, que l'art et la science sortaient du même trou.

retour -32/143 - suite 

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.