La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page
MySpace

***


        Morte est la sorcière ; sa peau de chatte s'est consumée sous l'effet d'une tunique de Nessus. Les noeuds de la corde aux sortilèges se sont desserrés, les statues ranimées, les portemanteaux courent sur la place. Seul Sousgrobis est demeuré en vitre : Sourdingos l'a cassée joyeux. Les troupes de Kergal se ruent vers la ville qui s'éveille de sa longue ankylose. Trop tard...

        Moiroidegrancayou ! Le livre. Les runes. Braomm ! Zatlan s'ébranle et se secoue jusqu'au tréfonds. La terre éternue ; un spasme, une crampe qui la déchire violent. Tous ses os craquent sec. Tantôt elle se comprime et broie les Kobolds dans son étau ; écrouie tantôt, elle se fissure et lézarde les rues, et gobe cent singes d'une seule goulée. Braomm ! Tonne la montagne, expectore. Non montagne mais volcan qui crache son sang de roche, qui fumerolle noir et scorie gris rouge, qui pète et qui cendroie. Moiroidegrancayou !

        Alpétra tremble sur sa base, oscille, vacille, croule, bascule et s'applatit dans un déluge de gravats, salpêtre, moellons, poutres et chevrons, mortaises et tenons. Trois cents galettes de chair hachée jonchent le parvis. Une tarasque de bronze assomma l'un, la flèche a transpercé l'autre. La cloche emprisonne le corps d'un Torchecul, comme une guêpe enclose dans un verre ; le battant l'a écimé, ses bras remuent encore.

        Moiroidegrancayou ! Le preux Asgard exhorte les gens à grimper sur la colline du palais. Peine perdue. Déjà, des coulées de lave incandescente rattrapent les fuyards comme une marée, tandis que pleuvent, fusent et sifflent mille grêlons de feu qui strient le ciel, et que crépitent, claquent et volent les brandons des toits incendiés. Les singes sautent sur les épaules affolées, s'accrochent aux cheveux hérissés de terreur.

        Insolites Centaures. Fournaise de l'enfer, tant de torches vivantes qui meuglent leurs tourments. Hurle une femme éplorée : "mon enfant, mon enfant !" Le Magnifique s'élance vers les décombres pour le dégager et le lui rendre, mais les propylées du Temple s'effondrent et le fendent par le milieu. Ainsi meurt un héros dans le feu de l'action. Juste à côté de l'Ogre. Gargantaugas, la main toute rôtie par l'or bouillant qu'il vient de saisir dans un coffre ; il jure qu'on ne l'y reprendra pas. Il n'aura plus l'occasion de tenir sa promesse. Tournebroché, Boicussec ; rissolé, Bellemiche ; lèchefrité, Rataton ; et tant de visages amis grillés, calcinés, papillotés, carbonisés, frits, bouillis, et ensevelis.

        Moiroidegrancayou !

        Le Magot, qui a enfin compris le bien dont il est cause, sort de la pyramide et clampine vers la salle de Philosophie de la fac et s'y abrite. L'imbécile, une salle de métaphysique. Le bougre a oublié qu'on est vendredi, et qu'il n'est pas maigre pour tout le monde. La Philosophie crève la dale : dévoré à midi par une mouche hydrocéphale aux yeux globuleux, Napolec a vécu. Luiroidegrancayou.

      Pendant ce temps, Sourdingos et tous ses musiciens giclent à hue et à dia, qui la tête encastrée dans un violoncelle, qui dans sa grosse caisse, tel autre dans le pavillon de son cor. Plaisant trombinoscope, à ceci près qu'ils ont les manches en flammes et le feu au fessard.

        Croyez-vous que le livre magique refermé, les incantations finies, cesserait le désastre ? Mais non, tout est pire qu'avant. Car la Terre redouble sa ire et rien ne saurait l'apaiser. Un bruit que produiraient cent mille bisons galopant dans la plaine. Il lui faut davantage de victimes encore, qu'elles expient par la souffrance la plus sauvage les fautes d'une sale bête.

Braomm ! La déflagration a produit une faille dans le champ vibratoire. Et ne voilà-t-il pas que se pointent sur la place d'étranges visiteurs. C'est bien le jour ! Une soucoupe ; non, pas les Cucufim, puisqu'ils sont dans la poche d'Aldoran.

        Les cailloux. Mais alors ? Rappelez-vous : l'opération Reptilius, ça ne vous dit rien ? Eh oui. De retour de K2, leurs poules ayant fait court-circuit, nos chers dinosaures réapparaissent dans notre bon vieil Espace-Temps. Ils ont, dirons-nous, quelques questions à poser à nos amis zatlantes. Il y a comme un lézard dans leur mémoire.

        Le diplodocus, pourtant d'un naturel paisible, balaie les maisons d'un seul coup de queue. Le brachiosaure, massive tour de douze mètres et de cinquante tonnes, piétine tout obstacle qui entrave sa course. Le brontosaure broute ce qui reste d'herbe dans le parc. Le tyrannosaure, dressé sur ses pattes arrière et les bras rabougris, poursuit Méphisquenotélès et les Vampires, et leur enfonce dans le cou ses dents de quinze centimètres. Enfin, une escadrille de ptéranodons, redoutables sauriens volants, pique sur le roi et sa garde prétorienne, leur arrache les yeux, le foie, et la cervelle.

Braomm ! La Terre tremble à nouveau, se craquèle en un compliqué maillage que délimitent autant de gouffres engloutissant tout ce qui rampe, marche ou bondit. Elle met de la sorte tout le monde d'accord en croquant et les uns, et les autres. Maintenant, sombre spectre d'elle-même, Zatlan qu'on surnomma jadis "la Cité des Libertés" n'est plus qu'un vaste champ de ruines, de vitres, et de moignons. Elle barbote dans le magma informe qui moule son empreinte et se refroidit, afin que l'histoire en préserve quelques traces ; afin que les hommes futurs en chantent la légende, sans se douter jusqu'à quel point la fiction fut réelle. Car, il faut au moins que ce récit, lecteur, vous ait enseigné une chose : que bien souvent, le mythe, est un mensonge pieux qui dit la vérité.

retour -142/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.