La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace


***

        Napolec le Magot, bicorne bouloché, cape de bure et pantalon godé, de son bâton de maréchal en bois tortillé ouvrit la porte du cloître. Notre faraud venait se faire complimenter sur sa nouvelle panoplie. Mais il ne trouva personne, puisque la chatte était à ses marmites. Il avisa sur la table le grimoire et l'emporta. Pensez donc : le livre du pouvoir suprême, recueil truffé de formules runiques, d'équations, ces métaphores d'ingénieur qui le consacreraient maître de Zoranius ! Pour résister à telle aubaine, il fallût être sage ou saint ; et Napolec n'était ni assez fatigué pour incarner l'un, ni assez candide pour marcher sur les voies de l'autre.

Moiroidegrancayou ! jubilait-il en son for intérieur, tandis qu'il traversait le parc et remontait la contre-allée des lilas. Moiroidegrancayou !

        --Talairconten, Napolec. Kesketavu ? demandaient les Polytechnichiens curieux.

        --Foutélecantadenigo ! répondit-il agacé.

        --Kenoucachetula ?

        --Cétacétézévou !

        Et quand n'y suffisait pas l'ellipse, y suppléait l'expression imagée qu'on prise tant à Naples.

        Il sauta la grille, enfila d'une traite la place sans jeter un seul regard sur les statues de sel des belles zatlantesses plantées tout du long ; non, pas même la jeune Malikatin qui faisait le pied de grue ; et il pénétra dans le Temple-Lierre-Pyramide.

Le caillou. Il était là. Lisse, propre, pas un crapaud. Moiroidegrancayou ! Ahua, ungawa !

        Page trois : comment convertir les vessies en lanternes. Très utile ; on y verrait plus clair quand on pisserait la

nuit. Page huit : moyen de faire venir le poil au menton des vieilles filles chaque premier lundi du mois. Les barbiers du

quartier Est seraient vite riches. Page trente : subterfuge pour couper les oreilles qui poussent sur les murs. Page

soixante : de l'admirable façon de donner du torticolis à son patron pour qu' il vous accorde une augmentation. Page

soixante-dix : de l'opportunité de muer le sabot d'hippopotame en patin à roulettes. Page cent : de la prévoyance de

doter ses épaules d'une tête de rechange par temps gris. Ah, enfin, les choses sérieuses : de l'art de changer l'eau en

vin, de diriger la foudre et de broyer les montagnes. Ahua, ungawa ! Moiroidegrancayou ! Jevézessayer

touménouvojoujou ! Bing, boum, bang !



retour -139/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.