La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

***

        La quenouille du Temps se dévida encore de nombreuses spirales de lin avant que le prince ne reçût en héritage tout le savoir de Kabbalius. En effet, ne sachant pas mieux que lui le chemin du retour, disait-il, Kermalia se comportant comme un labyrinthe dont on ne ressortait plus une fois entré. N'ayant plus aucune nouvelle de Zatlan, vu que le "groupe électrogène" l'avait laissé en rade depuis belle lurette, ce dernier avait résolu de l'héberger sous son toit et de lui transmettre les secrets de l'Harmonie, de la Science, et de la Divination par les runes. Sans doute parce qu'il n'avait pas eu d'enfant, et que la vieillesse commençait à l'amoindrir, se prit-il d'affection bien davantage qu'il n'en avait éprouvé pour personne pour ce jeune homme qui ne reverrait peut-être jamais les siens. Il avait d'ailleurs caché à son hôte l'ultime message d'Alambix. À quoi bon peiner le prince ? Il n'était probablement, à cette heure, plus prince de rien, sinon d'un désert de pierres vitrifiées.

Il essaya malgré tout de le préparer à cette éventualité, lui enseignant, par paraboles, la folie qui habitait les hommes et ce qu'on en devait attendre.

Il traça un cercle magique sur le sol, puis tira "au hasard" de la poche gauche de son habit sacerdotal aux coloris violets trois plaquettes de buis sur lesquelles étaient gravées trois lettres du Runikon. Il les jeta en l'air. Elles retombèrent à l'intérieur du cercle, disposées de la façon suivante :



        Le cercle divinatoire se lisait dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, c'est-à-dire le sens de la giration sidérale, en partant du haut.

        --Que signifie cet oracle, vénérable ?

        --Exactement ce que je craignais. Il semblerait que l'histoire des hommes soit tout entière contenue dans l'éternel recommencement de ce cercle dont ils ne peuvent jamais s'échapper, et, à l'évoquer, j'ai l'impression d'entendre tournicoter un moulin d'enfant : tougoudou, tougoudou, tougoudou. . .

"En premier lieu, ces êtres se tournèrent vers le ciel, durant une ère de communication calme et prospère avec des délégués d'autres planètes et que, faute de vocabulaire, ils appelèrent "les dieux". Ils se tinrent debout et souriants, les accueillant à bras ouverts, et témoignèrent d'une relative réceptivité. Tant que dura cette première étape, ils méritèrent pleinement le nom d'homme, MAN.

        "Puis vinrent les temps où ils s'enlisèrent dans la matérialité et se laissèrent prendre aux rets de la Grande Séduction YR. Ce qui leur avait été autrefois évident et limpide, à leurs yeux impies se voila, car leur comportement déraisonnable les rendit aveugles et sourds à tout ce qui est subtil. Ils perdirent peu à peu le sens des réalités primordiales, et tels des exilés, vécurent en déracinés en cultivant une mentalité moqueuse, arrogante et vaniteuse. On compliqua la société et ses lois pour mieux asservir et profiter des masses ignorantes, et la crapule y trouva meilleure protection que l'honnête homme. La technique et le commerce engendrèrent une pléthore de besoins superflus qui les attelèrent comme des pauvres ânes à une logique de production-consommation dont ils ne purent plus sortir. La connaissance humaniste et équilibrée s'effrita en une poussière d'anecdotes sans lien entre elles et sans intérêt pour personne, si ce n'était pour les imbéciles qui les avaient érigées en institutions et les portèrent au comble de la sottise. On cultiva tellement l'artifice et la facilité qu'on perdit jusqu'au secret de la fabrication du pain. Alors naquit une grande confusion, car une civilisation qui ne sait plus pétrir l'aliment qui réunit les hommes autour d'une table n'est pas loin de mourir. Comment voulez-vous rester affable avec un pain dégueulasse ?

        "Cette confusion s'accentue aujourd' hui et s'exacerbera au point qu'ils la porteront à la phase de RIT, la guerre; et ils détruiront en un tournemain tout ce qu'ils avaient bâti depuis des millénaires. Ils en oublieront leur propre histoire. Car ces pauvres chers imbéciles, croyant inventer le fil à couper le beurre, ne douteront de rien ; ils s'en serviront, dans la même foulée, pour couper quelques têtes. En ces funestes jours, on verra aussi les enfants s'en prendre aux parents, et croyez-moi, les morts seront mieux lotis que les vivants. Ils ne respecteront plus leur environnement qui le leur rendra bien.

"Et quand tout se sera écroulé, qu'il ne restera plus que quelques spécimens ahuris et isolés représentant la tare rescapée de ce qu'on avait appelé l'humanité, une fois de plus, il faudra que douze Cucufim descendent les aider et saccagent un potager. Et je ne sais, de la fin d'un monde ou de leur atterrissage, ce qui sera le plus à craindre.

--En effet, il y a matière à se lamenter, constata Aldoran. Pauvres légumes ! Et n'y a-t-il pas moyen d'arrêter cette roue infernale ? ajouta-t-il, prenant déjà son rôle de prince très au sérieux.

        --Tant qu'ils n'atteindront pas le stade de Hagal,*, et ne se tiendront pas au centre du cercle, ils continueront de tourner en rond, et en dépit de tout ce que l'on tentera, rien ne portera véritablement ses fruits et ne sera concluant. Pour cela, de nombreux cycles s'avèreront nécessaires. Ceci, ni vous ni moi ne le verrons. Il faudra une Grande Roue de 64.800 ans. Et encore, après, ça recommencera, et encore, et encore... Ainsi sont les hommes et les peuples : ils font et défont ce qu'ils ont premièrement fait ; la révolution, c'est-à-dire que sans cesse ils réitèrent leur erreurs. Thèse, antithèse, foutaise... Alors que tourne la roue et n'en parlons plus.

--Parlez-moi tout de même de la rune Hagal, pria le prince.

        --Ah, Hagal, ça c'est autre chose. * représente le cristal, celui qui, à la croisée des chemins inspire à l'homme les meilleurs choix dans l'accomplissement de sa destinée. Le cristal médiateur, le Christal, quoi. De quelque façon qu'on le retourne, il se tient toujours sur ses pieds, égal à lui-même, d'une parfaite symétrie. Qui s'apparente à ce signe ne pourra jamais perdre la face, car le Feu de la puissance créatrice l'assiste en toutes circonstances. Il détient les clés du monde, celui qui s'en fait un allié. Il n'est aucun désir qui ne puisse être exaucé, aucune chose qui ne puisse être pénétrée ni connue lorsqu'on on maîtrise Hagal. Hagal est toute la quintessence du Runikon. En effet, par son moyen, on peut percer tous les mystères du langage-racine, la Langue Universelle des astres, parvenir au royaume d'Outrepierre, et dès lors les lettres et l'écriture deviennent superflues. La compréhension se hausse en intuition télépathique, et va au coeur et à l'essence des choses sans embages : la CO-NAISSANCE, quoi.

retour -121/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.