La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page
MySpace

***

        Retournons donc au fourneau de Kabbalius et à ses études chymiques.

        Notre cher mage n'ayant cette nuit-là ménagé ni son huile, ni sa peine, finit fatalement par s'assoupir. Il était peut-être trois heures du matin lorsqu'une ombre furtive enjamba la grille et s'introduisit subrepticement dans le jardin de la propriété philosophale. Prudemment, elle s'approcha de l'entrée, et cloua d'une main experte en trois coups de marteau quelque chose d'indéfinissable sur la porte de bois.

        --Qué z'aco ? sursauta Kabbalius. Qui va là ?

        Il remonta de la cave et ouvrit la porte. À la vue du spectacle qu'il y découvrit, il s'empourpra de colère. Ah, quel était ce nigaud qui croyait l'impressionner avec une chouette porte-malheur ? Oui, une chouette clouée la tête en bas les ailes écartées qui le dévisageait. Il écarquilla ses yeux encore plus grand que ceux du rapace crucifié, car un message écrit en lettres de sang accompagnait la chouette :

"Kabbalas, prends garde à Satanas !"

        --Des menaces ? Si je t'attrape, c'est moi qui t'escagace ! éclata l'alchimiste. Encore une de ses blagues stupides. Tu vas voir, toi, demain. Tu ne perds rien pour attendre. Je vais t'arracher la peau du fessard, garnement ! Une bonne volée de bois vert. Après quoi tu seras content du voyage, enfant ténébreux.

        Kabbalius descendit au cellier et en ramena deux pots d'apothicaires dont l'un portait la mention "Sel", et l'autre "Sirop pour Loup-Garou". Il longea l'allée jusqu'au portail en fer et plaça deux écuelles devant chacun des piliers : à gauche il versa le sel blanc, à droite le sirop rouge.

--Si c'est toi qui a fait le coup, sale bête, tu vas savoir pourquoi on me surnomme Vespétro. Tu vas voir la chiasse que tu vas te payer !

Il rentra et redescendit se boucler dans son antre secret où il avait depuis longtemps établi ses quartiers, ne fût-ce que pour le cas où une subite inspiration le visiterait en songe, chose plus fréquente qu'on ne le croit chez les Artistes.

Le mage se remit à l'oeuvre. Il marmonnait tout en chiquant un peu de bétel pour contenir son impatiente :

        --La Matière Première est une pâte. La Pierre est un levain. Si tu places le levain dans la pâte à l'heure choisie par les étoiles, tu obtiendras le Pain de la Sagesse et la récompense de ton labeur. La Matière est un jus de grappes. La Pierre est le ferment. Si tu places le jus de raisin à fermenter dans la cuve tu obtiendras le Vin du Souvenir. Distille-le par sept fois, tu auras l'Eau de Vie, et mort tu ne connaîtras point. Et la Pierre à l'éclat de rubis t'enseignera les mondes invisibles et tous les secrets de la Nature et...

Un grimoire qu'il heurta du pied le tira brusquement de ses cogitations. C'était un ouvrage intitulé" Le Livre de la Pilule d'Or", qu'il ouvrit au hasard. Il lut :

. "Si un homme juste utilise un moyen de travers,

Le moyen de travers opère de façon juste ;

Mais si un homme de travers

Emploie le moyen juste,

Le moyen juste

De travers

Opère. "

        --Reste à savoir lequel des deux je suis. Ô Aleph, dans quel doute effroyable tu me plonges ! T'ai-je suffisamment glorifié depuis trente siècles ? Suis-je digne de toi ? De quelque manière que j'observe ma personne, je n'y vois partout qu'océan d'imperfections. Pourquoi m'aurais-tu choisi ?

Un éclair de génie le frappa soudain. Semblant obéir à quelque commandement supérieur que les fols baptisent avec naïveté intuition, il sortit du feu un creuset à moitié rempli de plomb fondu et cracha dedans. À peine la chose fut-elle accomplie, qu'une éblouissante lumière verte en émana et tapissa d'émeraude tout le laboratoire chymique. Que c'était beau ! C'était une lumière surnaturelle, une lumière comme on n'en voit que dans les apparitions divines.

        Cela dura un quart d'heure. Puis que vit-il dans le creuset ? De l'or ! De l'or si fin qu'il n'avait jamais osé en rêver. Seules les poules quantiques de Frère Gallinaccio parvenaient d'ordinaire à réaliser ce prodige. Et lui, Kabbalius, il y était arrivé. Il cherchait depuis des siècles le tour de main, le petit déclic qui déclencherait tout, travaillant la matière et la retravaillant jusqu'à ce qu'elle cédât à la fatigue.

        Qu'il en avait fallu, des méditations et des veilles laborieuses, de vaines recherches dans des traités abscons qui prenaient un malin plaisir à ne jamais appeler les choses par leur nom ; que de prières, que de préparations gâchées, que d'espoirs frustrés, pour finalement découvrir comme Flemming pour la pénicilline, que la solution résidait dans un simple crachat ! Oui mais, ce n'était pas là le crachat du vulgum pecus, c'était LE crachat, l'archétype de tous les crachats du monde investi par la plus formidable des tensions mystiques.

        L'unique crachat, celui qu'il fallait au moment où il le fallait, dans la configuration astrologique appropriée qui ne se reproduirait plus avant longtemps. S'il recommençait dans cinq minutes, il échouerait certainement, il le savait. C'était comme un état de grâce, un miracle incompréhensible, une théophanie. Et a raison celui qui dit que les Voies d'Aleph sont impénétrables !

        Ainsi s'acheva en manière d'apothéose le Grand Oeuvre du mage Kabbalius. Il figurait désormais parmi 

les élus, et rien ne lui apparaîtrait plus jamais de la même façon. Il avait grand mal à contenir sa joie. Il 

aurait voulu crier sa découverte à la face de l'univers entier. Mais il devait la taire, il en avait parfaitement 

conscience : puis entre la raison d'État des uns et les tas de raisons des autres, cela pouvait tomber dans de 

trop mauvaises mains. Car si l'homme est merveilleux, pitoyables sont les hommes.


retour -116/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.