La Quête d'Aldoran, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7  Ch8

Acheter l'Intégrale en PDF


Vos commentaires sur ma page MySpace

***

        Tout le monde dormait, dans Kermalia. Tout le monde ? Non, car dans un vallon touffu du quadrant Sud-Est, tout au fond, on pouvait apercevoir un fin rai de lumière jaunâtre qui filtrait du soupirail du cellier de la vieille maisonnette bistournée qui s'y cachait. Cette demeure évoquait le style "gothique flamboyant" d'Alpétra, et vous n'auriez été qu'à demi surpris d'en voir sortir la belle et sulfureuse Esméralda au bras de son amant Phoebus, qu'un Claude Frollo vert de jalousie, tout de noir revêtu, s'apprêterait à poignarder dans le dos. Son portail d'entrée en fer forgé était flanqué de deux piliers surmontés respectivement d'un Lion et d'une Licorne en pierre. Sur le fronton orné de guillochis une devise :

"Heureux qui a pu pénétrer les causes cachées des choses".

        Le portail s'ouvrait en grinçant sur une allée rectiligne bordée de statues allégoriques qui évoquaient l'équivalent de vos sept péchés capitaux : orgueil, avarice, luxure, envie, gourmandise, colère et paresse ; bref, tout ce à quoi l'on voue un culte en ce bas monde. Ma foi. Sans doute avaient-elles été placées là à dessein par le maître de céans qui pouvait ainsi tout à loisir se remémorer les multiples causes de fourvoiement dans les insondables abîmes infernaux, surtout depuis qu'il avait pris l'irrévocable décision de s'atteler à l'Oeuvre de Pierre, trente siècles plus tôt. Car celui-ci s'adonnait à la Science d'Hermès, tel un Nicolas Flamel, à cela près qu'il eût pu être leur archi-trisaïeul. Passez-nous donc l'anachronisme. Oui, c'était un alchimiste, un adepte du Magnum Opus, de la chrysopée céleste ; un philosophe chymique, un maître labourant, un spagyriste universel, en tout cas un digne aspirant au Magistère de Fulcanelli.

        Il suffisait pour s'en convaincre de descendre dans la fameuse cave. Là, un bric-à-brac de cornues, d'alambics, de cucurbites émaillées, de matras et de fioles en verre translucide encombrait une table en vieux chêne noueux, tandis que s'éparpillait au sol dans le plus insolent désordre, cauchemar vivant pour bibliothécaires, tout un pandémonium de grimoires moisis aux pages fatiguées et à la couverture en peau de mouton bouffée par des générations de mites trop curieuses. Au fond, à côté de l'étagère d'apothicaire aux pots étiquetés, l'indispensable fourneau Athanor d'argile, de mica et d'alumine, menait, tranquille, de son train de sénateur, sa secrète coction, et les flammes qui l'alimentaient conféraient une physionomie faustienne au personnage chevelu, barbu et chassieux qui se tenait devant. C'était le Mage Kabbalius, propriétaire des lieux. Lui, enfin...

        --Mgnomm, mgnomm, mgnomm ! Où ai-je pu fourrer cette satanée recette ? grommelait-il en farfouillant fébrilement dans une pile de parchemins qui empestaient l'huile de lampe et le rance jusqu'à l'écoeurement. Ah, voici!

On pouvait encore déchiffrer sur l'antique document un fragment du beau texte en lettres gothiques qui suit, et que nous transposons en langage médiéval pour en préserver le cachet :

        "Considère, mon fils, l'authentique puissance de nostre feu secret, nostre bel oiseau d'Hermès, nostre Eau qui ne mouille point les mains, nostre eau pontique se congelant dans le Soleil et la Lune et néanmoins engendrée par eux. Or donc, sachant cela, commence par placer premièrement dans ton matras que tu boucheras avec de la carte la chose susdite, avec ce qu'il faut de Terre dans le fond. Car nostre Terre élémentale, en vertu du Sel nitre qu'elle contient attire à soi comme l'aimant toute la Rosée du Ciel, et l'Eau terrestre gagne au haut par le truchement de son principe igné moteur, son Feu intrinsèque, raison pourquoi on la nomme Eau de Feu. Alors ta saturnie végétable s'épanouira comme germe la graine dans son pot à l'Équinoxe d'Aries. Ainsi parle à ceux qui ont des oreilles pour entendre le Mutus Liber de Nature. Aleph t'assiste dans tes travaux, mon fils, et toujours applique-toi à le glorifier."

        --Oui, se dit-il à demi-voix. Avec un grain de sel. Mais je crois qu'avec une noix de Soufre poivré amalgamée avec du Sang de Dragon vert et de Lion rouge, trois oreilles de Loup gris, un peu de crachat de Lune, une goutte de morvelle de sanglier, un pampre de la vigne de Bacchus, sept plumes d'archéoptéryx, plus un soupçon de Pantagruélion par cent fois calciné, ça serait encore meilleur. Enfin. ABRASAX, ASTICONAX, FULMINAX : poulet d'Hermogènes, apparais !

        Kabbalius avait les yeux rivés sur le ballon de verre. Le récipient contenait une substance visqueuse qui semblait s'animer d'une vie propre. Cela pulsait, cela tourbillonnait, cela gargouillait, et, lentement, à la surface on vit émerger un commencement de forme, un vague contour à l'impalpable devenir qui, peu à peu, se précisa en une silhouette anthropomorphe, un embryon nain, un homonculus naissant. Mais l'opération échoua car le ballon explosa soudain à la barbe du mage, étalant sur le sol poussiéreux comme une crêpe noire et puante l'extrait de petit avorton glaireux qui s'en était échappé, et sur lequel il faillit glisser.

--Sapricorne, corne de Licorne ! Qu'est-ce qu'il se passe ? Qu'ai-je encore oublié, cette fois-ci ? Ah, je vois ce que c'est : c'est le Sal Harmoniacum et le petit Hercule chymique, surtout. Lui, comme toujours. Il faut le surveiller comme le lait sur le feu, celui-là !

        Et inlassable, notre ami remettait sur son métier l'ouvrage, concoctant, distillant et cohobant sa philosophale matière putrescente, décapitant le Corbeau noir et le blanchissant à l'eau de la Colombe de l'Esprit Saint, broyant dans son mortier d'agate le cinabre vermillon, séparant le vif-argent mutable du soufre fixe, souventes fois permutant les natures par l'industrie de son septuple feu de roue, dissolvant les corps fangeux avec le Lion vert tantôt, tantôt les esprits coagulant par l'action du Sel de Diana : solve et coagula tout est là.

--Oui, et Diana assiste l'étudiant sincère, pour ce que son arc régit la salinité des corps, la corde la sulfurité des âmes, et la flèche la mobilité des esprits mercuriels qui atteindront les cieux lorsque la tension sera bonne et correcte la visée. Fermeté et résolution, telle est la profession de foi dans notre quête mystériale.

        Les veilles du mage Kabbalius se prolongeaient souvent fort tard. Il n'était pas rare, d'ailleurs, qu'il y passât la nuit entière, alternant les lectures, les longues méditations qui le plongeaient dans d'abyssales profondeurs, et les manipulations concrètes qui lui tenaient lieu d'illustration et de preuve.

        Car tout procède de l'intérieur, chez le chymiste. La materia prima ne constitue qu'un réceptacle, un médium, un révélateur physique sur lequel se projette et s'objective comme sur une plaque photographique, le jeu des forces subtiles et cachées s'emparant de la conscience de l'opérateur concentré en lui-même. Plus sera souple, malléable et vierge d'impressions parasites sa mentalité, plus aisément se métamorphosera selon une transsubtantiation merveilleuse le Compost des Philosophes qui se cristallisera, entendez "christallisera". C'est pourquoi est requise dans l'oeuvre une certaine ignorance sacrée bien dosée, afin que n'entrave pas le déploiement des forces centripètes de la matière travaillée le pouvoir fractionnant d'une pensée trop rationnelle. Car sache-le, mon fils, la matière ne manifeste à nos yeux que les propriétés que notre pensée lui prête : conçois-là structurée, elle se fera agencement d'atomes inertes ; conçois-là exempte d'attribut mais habitée par l'unitive conscience vivante, tu y trouveras Aleph.

        "Concevoir" signifie autant faire que penser, deux choses en une seule et non deux séparées, car l'objet est à l'image du sujet pensant, raison pourquoi le Sujet des Sages est surnommé Chaos dans les commencements. Ainsi qu'un boulanger harassé manque sa pâte, une femme indisposée tourne sa mayonnaise, et des pensées de haine durant le coït produisent l'enfantement des petits monstres, l'alchimiste intellectuel échoue dans son laboratoire à cause du caractère inapproprié de son mode oratoire. Aussi je vous le dis, sophistes, oubliez pour une fois que vous êtes intelligents, ça vous fera le plus grand bien. Car cent fois mieux vaut oeuvrer que de discourir sur l'Art : faites, mais taisez-vous.

retour -115/143 - suite

http://apothicaire.fr

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.