L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

Enfoyrus ne l'avait pas vu venir. Il était à cent lieues d'imaginer une telle chose possible. Comment avait-il pu ? Profitant de son étonnement "la voix" lui arracha le livre des mains.

        --Brahmanti ! Vous êtes une canaille ! Mais comment se fait-il... Vous devriez être mort, empoisonné...

        --Eh, oh, à d'autres que moi ! À moi, on ne la fait pas. Non, pas Brahmanti. Quelqu'un d'autre. Cherche bien. Tu ne me reconnais pas ?

        Et, peu à peu, on vit se transformer les traits du moghol en ceux d'un illustre personnage qui hante les écritures et les consciences du Monde entier. Il lui poussa une longue barbiche pointue, des yeux injectés de sang remplacèrent ses prunelles en amande d'oriental, ses doigts devinrent griffes, ses pieds se muèrent en sabots, et ainsi de suite. 

        --Satan ! 

        --N'exagérons rien, soyons modeste. Lucifer seulement. Le Grand Maître a d'autres chats à fouetter. Eh oui ! Brahmanti n'a jamais existé. Illusion, comme tout le reste. Même le Recteur : c'est moi qui l'avait créé pour qu'il me serve et me soulage dans ma lourde tâche. Tu l'as détruit ? Tu as bien fait. De toutes façons j'en avais aussi l'intention, car il était défectueux sur bien des points. Oui, tout était illusion : ceux que tu as vus morts et qui n'étaient jamais nés, des toulpas ; Radha et sa famille, des toulpas ; le pâtre Garrigou qui n'a jamais quitté la Provence ; Léa aussi et.. qui sait ? Toi, peut-être. Tu es le protagoniste involontaire d'une farce grotesque. Amusant ! Rien de tel pour délasser de l'ennui un Immortel. 

        --Non, non, et non ! Tu mens. Tu mens comme tous tes pareils, je ne te crois pas. Arrière, suppôt infernal! Retourne dans ton antre. 

        --Infernal ? Pas davantage que toi. Vois la méchanceté de ta propre sentence, dans le livre. Là, c'est écrit en toutes lettres. Noir sur blanc. La vengeance, le meurtre par procuration. Oui, le meurtre, car tu ignorais que le Recteur était toulpa ! Moi seul le savais et je n'ai tué personne : tous étaient faux. Vous me faites bien rire, vous, les hommes : vous m'accusez de tous les maux, et bien souvent, vous êtes pires que moi. Vos agissements étonnent même le Diable. Vous faites tellement de bruit sur la Terre, qu'on ne s'entend même plus en enfer. 

        --Non, Léa existe, je le sais. Tu mens. Tu essayes de me rendre fou. Mais moi je sais que tu mens. Je peux douter de tout, mais de Léa, jamais. 

        --Crois-tu ? Et sur quoi fondes-tu cette belle certitude ? 

        -- Parce que nous nous aimons. 

        --L'amour ? Qu'est-ce ? À quoi cela sert-il ? Quel intérêt en tires-tu ? Explique. Ce n'est pas logique. Je ne comprends pas. 

        --Tu ne peux pas comprendre. C'est hors de ta portée. C'est ce qui te rend pitoyable et dérisoire. De toutes façons, je t'ai entendu causer avec le Recteur tout à l'heure, caché dans la penderie. Alors, pas la peine de me raconter des blagues. Je sais tout. Je sais qu'elle est vivante, et que tu l'as enfermée parce que ses propos te génaient. 

        --Suffit ! Tu la boucles ! N'oublie pas qu'il me suffit de jeter le livre au feu pour te détruire quand je veux. 

        --Oui mais, regarde, Lucifer : moi j'ai tes clés. Toutes les sept. Si tu me détruis, tu les détruis avec. Maintenant, c'est moi qui te tiens.

retour - 59/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.