L'Inde Dévoilée
, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

Et l'homme aux doigts crochus rangea soigneusement le manuscrit dans un tiroir du vieux bureau en bois de chêne, ce qui l'obligea à tourner un peu sa tête du côté de la penderie. Enfoyrus faillit tomber à la renverse, tant la surprise le saisit : "Horreur, c'est le Recteur !", s'exclama-t-il intérieurement. "Pas étonnant que ça sente aussi mauvais. L'homme aux doigts crochus, c'était donc lui ? Et celui de la grotte tibétaine, un faux, une simple réplique, un toulpa ?"

        Une hypothèse affreuse traversa comme un éclair l'esprit du détective, mais il attendit en rongeant son frein que les deux hommes se soient suffisamment éloignés pour la vérifier scéance tenante. Il avait peur d'avoir compris. Il avait compris. Ô infamie! Le livre, c'était LE LIVRE, l' ''Histoire de ta Vie" , celui qu'il croyait bien à l'abri dans une malle, en croisière autour du Monde dans un vapeur de la Compagnie des Indes. Sapristi ! C'était vrai que cette Compagnie n'existait plus depuis belle lurette. Le garçon qui avait embarqué la malle était de toute évidence à la solde de Brahmanti, et lui, nigaud qu'il était, il s'était fait posséder comme un amateur jusqu'au trognon. Enfoyrus en grognait de rage ! 

        --Ah, mais, attends un peu, toi, méchant scribe, grimaud de quatre sous, s'exprima tout haut le détective. Tu vas voir ce que tu vas voir. Tu vas comprendre ta douleur, Recteur de malheur ! Toi aussi, Brahmanti. À mon tour de rire.

Et , manuscrit ouvert à la date du jour, c'est d'une plume caustique dictée par la vengeance, que notre ami coucha sur le papier les quelques mots qui suivent :

"Trop longtemps condamné à subir sa lenteur,

Brahmanti, excédé de souffrir le Recteur

Qui était, du médiocre, un vivant témoignage,

Ne put, en aucun cas, y tenir davantage :

Il dirigea sa canne, la pointant sur l'idiot,

Aussi vite, plus prompt que la hache au billot,

Et prononçant, terrible, un secret maléfice,

Le foudroya sur place en rendant la justice.

Mais le sorcier moghol n'avait en rien prévu,

Que le fourbe aussi, avait le meurtre en vue :

Il sentit se raidir son corps empoisonné

Par la soupe que l'autre avait assaisonnée.

Ainsi toujours connaissent, ceux qui ont abusé,

Le sort qui suit de près l'arroseur arrosé."

        --Et voilà ! Ça vous apprendra à jouer avec le destin des autres. Retour à l'envoyeur. ABRACADABRA.

        --Hi, hi, hi, hi, hi, hi ! Reçu ! dit une voix ricanante juste derrière lui.

retour - 58/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.