L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        --Ah, annonça Sémal, voilà notre belle officine. Pas mal, hein ? Mais qu'est-ce qu'il fait encore là, celui-là? Veux-tu bien t'en aller, traîne-savates, peigne-cul, avant que je te botte les fesses ! Va mendier plus loin, ouste !

        Sémal invectivait un marchand d'orviétans ambulant, une espèce de lutin habillé de pied en cap de rouge et de vert et tout de crasse poisseuse revêtu, un singe capucin juché sur son épaule, et qui essayait de refiler sa camelote, ses chapelets et ses images de Krishna aux passants que la puanteur du personnage n'incommodait pas.

        --Vous ne supportez pas la concurrence trop proche de votre vitrine ? demanda Enfoyrus. 

        --Ce n'est pas tellement ça. C'est plutôt qu'après, les touristes croient que ce pouilleux appartient à la maison. Alors ils n'entrent plus. C'est mauvais pour le standing. Surtout qu'il pue le chacal. Je le lui avais pourtant dit, d'aller bonimenter ailleurs !

        Le singe fit une horrible grimace au nez et à la barbe de toute l'assistance, et le lutin tira ses grègues et s'esquiva en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, disparaissant dans la ruelle voisine située en angle droit, et qui sentait aussi mauvais que lui. On entendit presque aussitôt le son rauque d'une voix étouffée qui, à en juger par le caractère spasmodique et le jeu des intonations, demandait aide et assistance. Cela provenait de la ruelle. Tout le monde y courut. Là, gisant à terre le visage déjà bleu, le charlatan hoquetait et poussait les ultimes râles d'agonie de celui que l'on vient tout juste d'étrangler. Le nain gigotait des jambes et agitait les bras, cependant que son singe, n'ayant aucun sens du tragique, l'accompagnait de tout un assortiment de moulinets des mains, croyant que son maître s'amusait avec lui. C'en était indécent. 

        Rassemblant le peu de forces qu'il lui restait, le mourant voulut parler. II regarda Enfoyrus fixement. 

        --Arrrgh ! 

        --Et bien, mon brave, qui vous a fait ça ? lui demanda le détective en approchant l'oreille de sa bouche.

        --Grmmm.

        --Qui ?

        --L'ai. .. l'aigle... le bâton. Méfiez-vous. Ma poche.. .


        Et il mourut dans un dernier hoquet. Enfoyrus, intrigué, fouilla les poches du nain. Une surprise l'y attendait : c'était, comme s'en doute le lecteur, la quatrième clé de notre énigme, enveloppée dans un papier qui ne pouvait être que le message. Et que disait-il, ce message ?

"Car la main de l'impur, tout impur frappera"

        " Et la série continue ! songea notre ami. Et de quatre. On s'est donc servi des trois clés que j'ai retrouvé dans le jardin de Radha pour ouvrir un nouveau coffre et y prendre celle-ci. Par conséquent, quelqu'un a vidé les poches des deux noyés d'hier soir --probablement l'homme aux doigts crochus-- et en a fait usage avant de me les rendre par l'intermédiaire de la fontaine. Mais non, c'est tordu, ça ne tient pas debout ! Pourquoi me les aurait-il rendues ? "

        Et pendant qu'Enfoyrus se torturait l'esprit à essayer de deviner ce qui avait bien pu se produire, le singe le tira par la manche, et partit en courant dans la ruelle, s'arrêtant de temps à autre pour se retourner, comme s'il avait voulu l'inviter à le suivre. II suivit donc la bête sans s'occuper des autres. Vingt mètres plus loin, la ruelle déboucha sur une rue parallèle à celle de la Kâshi Company.

C'était une rue sombre et un peu sinistre. Les trottoirs étaient tout fendillés, et il n'était que trop facile de s'y accrocher le pied par inadvertance. Les façades des maisons ne présentaient pas les signes de la première jeunesse non plus. On se demandait qui pouvait encore y habiter, tant elles respiraient l'insalubrité. Du reste, tout était désert, pas même un chat, dans cette rue. Seulement Enfoyrus flanqué de son guide capucin.

retour - 55/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.