L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        --Sans doute. Mais exister, c'est encore ce qu'on connaît de mieux. Peux-tu imaginer de n'être que Néant ?

        --La question n'a pas de sens, car le Néant n'est pas. Il n'y a que l'illusion du Néant : une partie de nous-mêmes, mal intégrée, nous pousse à refuser l'Être en lui interposant son opacité. Le côté rebelle de notre nature instinctuelle. Le côté animal. Non, non, et non ! La Conscience ne meurt jamais, elle ne fait que se revêtir de formes ou s'en affranchir selon la phase du cycle qui la règle, tels le flux et le reflux de l'Océan qui demeure identique à lui même, en dépit du mouvement. La matière n'engendre pas la vie, c'est la Vie qui imprègne la matière comme l'eau sature l'éponge. La Vie est une énergie porteuse d'informations qui a la faculté de s'organiser spontanément : c'est l'énergie interne qui siège au sein de l'électron. Elle est de nature néguentropique, pour parler comme Jean Charon : autrement dit le temps en augmente l'ordre et l'information. C'est l'énergie de Vishnou qui est bleu, lui aussi, comme le coeur du Soleil et celui de la flamme. 

        --Ah ça, qu'en sais-tu ? Crois-tu me convaincre avec de séduisantes métaphores ? 

        --Ce qui est né, mourra, ce qui n'est jamais né ne mourra pas. 

        --Ah, ah ! De plus en plus fort. Des lapalissades, maintenant. Tu ne me l'aurais pas dit que je m'en serais douté ! 

        --Ce qui est né dans le conditionnement de ta pensée, de ton égo et de tes sens, mourra, ce qui échappe à tout conditionnement ne peut mourir. 

        --Je comprends mieux. C'est comme si tu disais que tout ce qui est relatif en nous, le phénoménal, est condamné à disparaître, tandis que le nouménal , l'Absolu, demeure et survit à tout changement, philosopha Enfoyrus, en ânonnant les écrits de Kant. Seulement, une fois que tu as fait le tri et le ménage il ne reste plus grand chose.

        --C'est un peu ça. Selon que tu t'identifies au "champ" ou au "connaissant du champ", tu te libères ou t'asservis.

        --Le champ ? Qué z'aco ?

        --C'est un mot qu'utilise Krishna, lorsqu'il enseigne Arjuna, dans un célèbre passage de la Bhagavad-Gîta. Notre apparence incarnée est le "champ" dans lequel nous semons les graines de nos actes, et dont nous récoltons les fruits, autrement dit les effets : on appelle cela le Karma. II conditionne nos existences successives. Le "champ" est notre champ d'actions. C'est pourquoi nous devenons ce que nous faisons et notre condition présente dépend de nos actes antérieurs. Celui qui apprend l'acte juste sans semence, ne produira plus de fruits, et donc ne se réincarnera plus. II est pareil à Dieu, qui est la connaissance du champ de chacun. D'une certaine manière, il EST Dieu. Par fusion avec sa part d'inconditionné.

        --Tu veux dire que pour ne plus renaître il suffirait de ne plus rien faire ? ironisa Enfoyrus. 

        --Pas tout à fait. De ne plus agir en décalage avec les Lois Cosmiques que l'on transgresse quotidiennement serait plus exact. C'est ce décalage qui crée une tension, et qui nous projette dans le tragique théâtre de l'existence. Exister égale se situer en dehors de l'Être, en être coupé. La cessation des tensions s'obtient par l'harmonie avec le Tout, et s'harmoniser avec le Tout, c'est s'identifier à Lui, être en osmose, au diapason avec. Bref, il faut devenir la vivante image de ses Lois. 

        --Mais ne la sommes-nous pas déjà ? 

        --Tu trouves ? Quoi qu'il en soit, si c'est le cas, nous n'en avons pas conscience. C'est pourquoi nous devons reconquérir cette conscience originelle déchue. 

        --Et si j'ai envie de renaître, moi ? 

        --A ta guise, si ça t'amuse. Cela signifie que tu n'es pas encore prêt, ou que tu as consenti au sacrifice volontaire de redescendre aider ceux qui en ont le plus besoin. Le temps aura raison de tout, car tu te lasseras de tout. Tôt ou tard, tu en viendras au seul choix raisonnable. 

        -- Le suicide est-il un raccourci ? 

        --Certes non, malheureux ! Tu redescends alors de plusieurs échelons dans l'évolution de la conscience humaine pour avoir attenté à une vie dont tu n'étais que le dépositaire en tant qu'individu, et tu recules considérablement la date de ta dernière mort. Tu vois, ce n'est pas une solution.

retour - 48/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.