L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        --Ah coquin de nom ! C'est pas t-y possible, ça ? Nom de nom ! C'est quoi que tu mets dans ton joint, espèce de cercopithèque à la manque ? C'est de l'herbe, ou quoi ? se fâcha un français qui venait de se faire cracher à la figure par un saddhu qui fumait un bidi sur un trottoir de la vieille ville. 

        --Oh, Léa, regarde, c'est mon vieux copain Garrigou ! Vite, je vais m'interposer avant qu'il ne m'étrangle l'ascète dans un élan de générosité toute méridionale. 

        -- Dépèche-toi , alors, dit Léa, parce que sinon il va y avoir un attroupement et vous serez bastonnés. On n'aime pas trop les gens qui castagnent les renonçants, par-ici, pour autant que ça en soit vraiment un.

        --Hélà , hélà ! Garrigou, qu'est-ce qui se passe ? Qué z'aco ?

        --Ow ! C'est toi, Tryphon ? Figure-toi que cet énergumène m'a molardé sur le portrait. Je vais te me le..

        --Du calme. Laisse tomber. Vaut mieux pas. Regarde les yeux des badauds. Ils ont une tête qui en dit bien assez long. Alors, du calme, ou ils vont te lyncher.

        --T'as bien de la chance, saleté ! lança Garrigou à l'intention du "sannyasin" qui prenait ses jambes à son cou. Vé, regarde-le prendre la tangente et tirer de long. ll court vite, cet empaffé, pour son âge.

        --Mais qu'est-ce que tu lui as dit pour qu'il te crachouille au nez ?

        --Rien. Je lui ai seulement demandé s'il faisait partie de la caste des parias.

        --C'est malin ! Pas étonnant, c'est une insulte, ici. Ça veut dire hors caste,

justement. C'est comme si on te traitait de bouzeux, de merdaillon des alpages, de râcle-merde. T'aimerais ça , toi ?

        --Je comprends. Mais il avait vraiment la dégaine d'un clodo, tu sais.

        --Les renonçants condamnent toute complaisance envers les apparences, expliqua Léa qui s'était approchée. Salut, Garrigou.

        --Salut, princesse. Vous vous êtes raccommodés, je vois.

        --Comme tu dis. Mais, dis-moi un peu, et tes chèvres ?

        --Toutes vendues. Ça n'a pas fait un pli. Les népalais sont de fins connaisseurs. Je n'ai pas eu grand chose à leur apprendre. Aussi, j'ai décidé de m'accorder quelques vacances et de voyager un peu. On m'avait dit que l'on n'oubliait jamais une visite à Allahabad, et bé, putaing, je suis pas près d'oublier, en effet, té! Et toi, tu n'étais pas sur une affaire ?

        --Écoute, j'aime autant ne pas en parler. J'ai eu assez de cauchemards.

        --Ah bon ! C'est comme tu veux. Moi aussi, mes bêtes, elles me donnent bien du mouron. Surtout quand il me faut nettoyer les saloperies qu'elles me font dans la bergerie. Y-a des nuits où je me surprends à rêver qu'elles vont chier des pièces d'or. Mais le lendemain je me réveille toujours aussi pauvre, avec un peu plus de boulot. Elles ne s'arrêtent jamais, elles ne font jamais la grève, ces salopes ! Oh, pardon princesse.

retour - 38/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.