L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        --Mais dis-moi. Une chose m'échappe. Tu tiens ce secret de personnes qui, en principe, respectent le célibat strict. Explique-moi ce mystère. Que peuvent-ils tirer d'une connaissance qu'ils n'ont pas le droit de mettre en application ?

        --Premièrement, s'ils en disposent autrement ils ne le racontent pas. Ensuite, il existe une autre voie équivalente pour le célibataire. Elle consiste à intérioriser le processus dans son corps en faisant communier ses énergies de polarité complémentaire. La semence est produite par deux gonades de signes opposés dont les énergies correspondantes sont canalisées par les fameuses nadis Idâ et Pingalâ. S'il parvient à "unifier" cette semence et donc les deux énergies, il active la voie médiane Sushumnâ par laquelle sublime son Mercure. Les yoguis qui pratiquent le "retournement de la semence" sont nommés urdhvaretas. Ce sont généralement des spécialistes des postures inversées et du célèbre exercice de pranayama de respiration alternée, le nadishodana.

        --Inversées ? Quand ils sont sur la tête ?

        --Sur la tête et la chandelle, plus fiable et plus facile à maîtriser. La chandelle est essentiellement de nature mercurielle à cause de sa grande affinité avec le chakra laryngé : souviens-toi des correspondances planétaires astrologiques. En outre, il est recommandé de boire du lait après la pratique, car le lait permet de mieux diffuser et répartir dans le corps les énergies mercurielles ; le mercure, ainsi que le serpent, est friand de lait. Ces deux postures complémentaires sont de puissants catalyseurs alchimiques. Écoute : la semence, c'est l'élément Eau, au niveau de swadistana chakra ; le feu gastrique, c'est l'élément Feu au niveau de manipura chakra. Si tu places l'Eau sur le Feu --ce qui implique d'être sens dessus dessous-- tu obtiens la Vapeur d'Eau subtile sublimant vers les hauteurs. La rapidité du processus est exponentielle au temps de la pratique. On élabore par cet ingénieux moyen l'Élixir de tout à l'heure. D'ailleurs certaines Upanishads suggèrent assez que celui qui pratique la chandelle entre une heure et trois heures de durée chaque matin de sa vie, mourra plus facilement par un accident de la route que de vieillesse ou de maladie. À moins qu'il ne change d'état civil et ne décide de s'installer ailleurs pour éviter les questions génantes !

        --Bigre ! C'est simple, finalement.

        --Dans le principe, oui. Mais la volonté et l'assiduité ne faisant pas partie du lot du commun des mortels, tu comprends pourquoi peu réussissent. Je te l'avais dit qu'il n'y avait pas de voie royale ! La volonté, c'est l'incontournable force qui accomplit tout.

        --Compris, je marche.

        --Je ne te demande pas de me croire les yeux fermés. Je n'en tire aucun profit personnel. Expérimente et tire tes conclusions. Personne ne peut le faire à ta place. Tu es libre de tes choix.

        --On y pensera. Mais dis-moi encore une chose : le Nada, c'est quoi ?

        --C'est le son primordial, ou du moins ce qu'il nous est possible d'en percevoir, et il se manifeste spontanément dans le chakra du coeur comme une longue vibration suraiguë qui ne finit jamais. On l'entend généralement retentir dans le cervelet et le bulbe rachidien, entre les deux oreilles. Si tu te concentres dessus longtemps tu sors de ton corps : c'est le voyage astral.

       --Le voyage astral ? Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre ! 

        --Oui, le monde astral est la contrepartie subtile du monde physique dense. Il en est en quelque sorte la matrice psychique. 

        --Mais je ne l'entends pas, moi, ce son. 

        --Tu l'entendras le jour où tes énergies seront suffisamment affinées et sublimées. Alors tu sauras que c'est "l'invitation au voyage". Encore que le voyage ne soit pas une fin en soi. Il n'est pas à rechercher pour lui-même. Pas par curiosité malsaine. Il dispense seulement un enseignement. Sinon c'est ici bas qu'il faut vivre, car si on y est, c'est qu'on a quelque chose à y faire. Il ne faut pas fuir les réalités tangibles et les remplacer par des paradis artificiels. Autrement autant te droguer. On ne pénètre pas dans la bergerie en enjambant les murs comme un vulgaire égorgeur et voleur d'agneaux ; on y entre par la porte quand on y est convié. On n'usurpe pas un certain mode d'être, on apprend à le mériter.

retour - 34/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.