L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

       Équanime, serein, caché dans le lointain derrière d'autres reliefs, le Mont Kailash contemplait la scène tel l'Invisible Témoin du haut de ses 6932 mètres, indifférent au jeu des paires d'opposés, à la dualité toute puissante qui entrainait dans sa danse de feu ces acteurs inconscients du grand drame cosmique, le voleur et le volé, le persécuteur et la victime, le riche et le pauvre, l'amant et sa bien aimée, tous égaux devant le divertissement divin, la Lîla, destinés à tous irrévocablement se résorber dans le Purusha indifférencié, le Sans Nom nommé de tous les noms, l'Absolu Brahman, tels l'oiseau hamsa, le jars sauvage, qui ayant arpenté jusqu'à l'infini les quatre directions de l'horizon, ayant engrangé l'expérience d'un milliard de lunes et d'un milliard de soleils, décide, empesé par la lourdeur des âges, de rentrer au bercail qui vit naître le jour de son premier envol.

        Mais le calme, comme dit le poète, précède la tempête. Car tout là-haut, depuis sa blanche demeure aux reflets cristallins, le dieu Shiva avait entendu le blasphème d'Enfoyrus et expédié vers le Gaumukh tout ce que la région du Garhwal comptait de nuages noirs et menaçants, et en un instant le déluge s'abattit sur nos amis avec une violence inouïe, transformant les chemins en fondrières, les sources en abondantes fontaines, les ruisseaux en torrents, les cuvettes en lacs, les pèlerins en nageurs olympiques recevant la divine ablution au-delà de toutes leurs espérances, les assurant au moins de n'être pas venus pour rien.

       Et ça tonnait, et ça pétaradait, et ça claquait comme jamais oreille mortelle n'entendit, car les cymbales célestes s'étaient mises de la partie et elles s'entrechoquaient si fort que même les démons hurleurs et querelleurs ne s'entendaient plus dans leurs antres infernaux. Pluie, grêlons, coups de semonce, vent fougueux comme les étalons sauvages d'Andromède reniflant des naseaux, colère, orage, furie, foudre, bourrasque cyclonique tournoyant dans les massifs entraînant maintes avalanches roulant comme autant de tambours damarous orchestrés par Varuna chevauchant le monstre marin makara aux dents pointues ; tout y était, tout sévissait, depuis la Goule du rocher qui mordait les fesses des ascètes en méditation, jusqu'au plus diplômé du Pandémonium qui déchaînait les cinq éléments de la Création sous le nez enrhumé du Démiurge que Brahma tançait vertement pour n'avoir pas su contrôler et endiguer les forces de ses assistants enivrés de Soma, le fameux jus de l'herbe de lune, l'Asclepias acida qui poussait en abondance dans la Vallée des Fleurs, du côté de Badrinath.

        --Vite, abritons-nous dans cette grotte avant que nous ne soyons changés en éponges, décida Léa dont le pragmatisme reprenait le dessus, les premiers instants de confusion passés. 

        --OK. C'est mieux que de subir le sort de Cleptoman. Le pauvre bougre. J'éprouvais une certaine sympathie pour ce gringalet. Je me demande bien ce qui a pu le mêler à une affaire aussi sordide. La perspective pour un fonctionnaire miséreux d'arrondir ses fins de mois, peut-être ? Enfin, là où il est il ne risquera plus d'en manquer.

        --Pour ça non. Et remarque bien que je le comprends un peu. Quand je vois mon bulletin de paie, il me vient parfois des idées de meurtre. Surtout si je considère mon imbécile de voisin qui vend des roues de bicyclette et qui gagne le double de moi sans en foutre une rame, parce qu'aussi bien, c'est sa femme qui larbine pendant qu'il va à la pèche (comme le Recteur d'Ocland qui nous envoyait ramasser des figues en se gagnant pépère ses quatre bâtons par mois, et sans compter les magouilles et le pied de nez à la déclaration d'impôts) ; qu'y a-t-il de plus con qu'une roue de bicyclette à part celui qui les vend, je te demande un peu. 

        --C'est plus utile qu'un sarcophage. 

        --Par les temps qui courent, ça se discute. Et puis on peut toujours le convertir en pirogue : comme ça on est plus vite en bas. Parce que là, on n'a pas fini ! 

        --Écoute, mon amour, s'attendrit Enfoyrus en prenant sa compagne par la taille. Calmons-nous, reposons-nous et avisons. ll fait noir ici, constata-t-il.

        Instinctivement, Léa lui serra le bras. Elle avait cru entendre un bruit, comme une petite toux sèche provenant du fond de la grotte. lls se sentaient observés. Le silence se faisait oppressant. La pénombre glaciale les saisissait aux os. lls tremblaient, ils respiraient d'un souffle pantelant, osant à peine bouger, de peur que quelque spectre aux doigts crochus ne les agrippe brusquement et ne les jette dans un trou grouillant de serpents venimeux. lls se loveraient autour de leurs chevilles, les enlaçant de leurs anneaux visqueux à l'odeur de reptile ; grimpant toujours plus haut, ils prendraient plaisir à retarder leur agonie aussi longtemps qu'ils le pourraient, s'amusant de leur terreur jusqu'au paroxisme en sifflant à leurs oreilles, et puis, d'un seul coup, les foudroieraient sur place.

        Oui, ils étaient sûrement là , eux, ceux qui avaient manigancé cette course poursuite, et ils allaient les tuer comme ils avaient tué les autres. Yama, le Seigneur de la mort les accueillerait bientôt dans son vaste royaume. Mais d'abord on les forcerait à avaler un dégoûtant breuvage hallucinogène mêlé à du sang préparé dans un crâne humain puant l'infecte pourriture du tombeau, et puis le maître de la secte des Thugs leur arracherait le coeur avec une précision chirurgicale en leur bavant ses imprécations à la figure et en ricanant les yeux écarquillés comme un dément. il crierait "Kali Mâ! Kali Mâ! Kali Mâ !" devant la fanatique assemblée de ses vampires de fidèles en levant l'organe de Vie encore palpitant au-dessus de sa tête. Et les autres répondraient en choeur comme un puissant écho l "Kali Mâ! Kali Mâ! Kali Mâ !"

retour - 29/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

        .