L'Inde Dévoilée, roman en ligne
Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Et la visite guidée continua. Nos deux amis entraient maintenant dans la salle du culte proprement dite. On voyait dans le fond, dans le Saint des saints, une statue aux quatre bras tentaculaires, aux doigts formant d'hermétiques mudras, et qui dansait dans un cercle de feu. On pouvait aisément imaginer une scène d'adoration de cette divinité à l'intention de laquelle maintes offrandes propitiatoires étaient déposées sur l'autel, et l'on pouvait encore humer les senteurs de jasmin, de keroa , de champa, de nara , de musc, de santal et de safran que l'on utilisait dans ce genre de rite.

Enfoyrus et Léa s'approchèrent de la statue de bronze.

        --Lui, c'est Shiva, poursuivit Léa. Le dieu préféré des yoguis tantriques, les kundalini-yoguis ou hatha-yoguis (hatha-yoga égale union de la Lune et du Soleil) ; celui du renoncement héroïque, de l'ascétisme et de la réintégration, de la dissolution de la dualité maîtrisée et de la mort vaincue. Et... qu'est-ce que ? . .. Aaaahhh !

Léa était pétrifiée. Ses yeux marquaient l'effarement. Elle était toute tremblante et sa gorge ne pouvait plus émettre un seul son.

        --Léa, qu'est-ce qui t'arrive ? s'enquit Enfoyrus dont la tension nerveuse avait atteint son paroxisme, malgré l'apparente désinvolture qu'il avait affecté les minutes précédentes.

        --Là, c'est là ! indiqua Léa en tendant son bras, l'index pointé derrière la statue. Enfoyrus se précipita en avant :

        --Nom d'une pipe ! Le muet !

Revêtu de la fameuse peau de Garrigou en charpie qu'on avait cherché partout, étalé de tout son long sur le sol poussiéreux, gisait, exsangue, le cadavre de ce qui avait été le Swami Kapiloananda, ou en avait tenu lieu. Des traces de griffes récentes meurtrissaient la totalité de son corps.

        --On dirait qu'un tigre l'a attaqué par surprise, poursuivit Enfoyrus.

        --Ce n'est pas un tigre, objecta Léa qui reprenait son sang froid. Ce sont les marques d'un trident shivaïste. Regarde, elle vont par trois. Ton "Swami" a été harponné et déchiqueté par un assassin doué d'une force aussi herculéenne que celle du dieu Hanuman, le "Roi des Singes" de l'épopée du Ramayana.

        --Mais bon Dieu ! Quels rapports pouvait-il bien entretenir avec le Recteur d'Ocland ? C'est incompréhensible.

Enfoyrus fouilla les poches de son veston en peau de mouton --ou du moins ce qu'il en restait : les deux clés étaient toujours-là, ainsi que le message.

        -- Bizarre, on n'a rien pris.

        Une impression qu'il connaissait bien pour l'avoir déjà ressentie envahit brusquement le détective : il se sentait de nouveau épié, comme dans la grotte tibétaine. Il s'abstint cependant d'en faire part à sa compagne pour ne pas l'affoler. La situation était suffisamment grave. Ce n'était pas la peine d'en rajouter.

        --Est-ce que par hasard, demanda Léa, il n'y aurait pas un coffre dans les parages ?

     --C'est aussi ce que je pense, mais où ? s'interrogea à haute voix le détective en balayant circulairement du regard toute la salle envahie de toiles d'araignées et de racines tombant depuis la voûte que l'humidité avait dû travailler. Et soudain il avisa la statue : ça y est ! J'y suis ! Le socle, bien sûr !

retour - 24/61 - suite 

http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.