L'Inde Dévoilée, roman en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Chap1  Ch2  Ch3  Ch4  Ch5  Ch6  Ch7

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        --Chou-Li ! dit le maître de maison : tu peux servir, les invités sont là.

En entrée, des pousses de bambou bien tendres. Évidemment, il fallait s'y attendre. Puis l'on eut droit à la tsampa : orge grillé plus beurre rance. Nourrissant, c'est déjà ça. On buvait du tchang, bière chinoise, un rien trop fermentée.

        Enfoyrus fit la grimace, mais le sourire de la fille de Tsien Chao Ling lui fit bien vite oublier ses déboires culinaires. Au fond, c'était d'un pittoresque amusant, lorsqu'on prenait la chose au second degré : le Lama Domptchen s'essuyait la bouche avec sa tunique de moine et la barbe du yogui à la tête d'ogre s'animait au rythme de la mastication et lui donnait un air des plus caprins. Mais le clou de la soirée --ou la gaffe devrait-on dire-- fut lorsque Chou-Li se présenta avec un grand plat de porc laqué. Certes, cela ne géna pas le tibétain qui mangeait de la viande de temps à autre, mais le Swami darda d'énormes yeux noirs chargés de reproche sur le Chinois. Il mangea malgré tout par politesse, mais par trois fois faillit s'étrangler, car l'animal avait du mal à passer dans une gorge que le végétarisme strict avait rendue fort chatouilleuse et délicate. Et le petit Cleptoman n'apprécia pas davantage : il était musulman car natif de Shrinagar, au Kashmir.

Après quoi, Tsien Chao Ling conduisit chacun des invités à leurs chambres respectives : l'un se coucha sur sa planche, l'autre sur son tapis de clous, et le troisième dans le lit du Chinois car il avait perdu ses lunettes que le quatrième avait piétiné dans les escaliers.

        --Tiens, tiens, songea le détective une fois seul dans sa chambre, en énervant sa moustache avec ses doigts impatients, voilà qui est très intéressant. Comme c'est curieux, je jurerais avoir vu le Chinois guigner des yeux lorsque j'ai parlé de Brahmanti. Bah ! haussa-t-il les épaules, j'ai dû mal voir : tous les chinois guignent des yeux par définition, puisqu'ils les ont bridés.

        Enfoyrus se coucha car il tombait de fatigue. Puis il médita entre veille et sommeil sur le médaillon qu'il portait au cou. L'objet mystérieux tenait à la fois du mandala tibétain et du yantra hindou, ces figures géométriques que les ascètes contemplent des heures durant comme si elles représentaient le lieu et la formule de la Vérité Ultime, concentration de forces et de potentialités en perpétuel devenir, réduction microcosmique du macrocosme divin. La syllabe AUM inscrite au milieu du diagramme semblait le point de jonction entre l'En-Haut et l'En-Bas, rencontre de l'Individuel avec l'Universel, le Jivatma comme voie d'accés au Paratma, le "connais-toi toi-même, et tu connaîtras l'Univers et les dieux" de la Sagesse védique. Pénètre dans ton coeur et toute ténèbre s'enfuira de toi, car tu sauras alors les arcanes secrets du Plan, heureux élu. Oui, Sésame, ouvre-toi. C'est la Porte. Qui a la clé ? L'assassin du Swami ? Goulou, goulou, goulou... tais-toi terrien stupide, sacrilège et profane ! Sophia, je t'aime, où es-tu ? Idiot ! Chou-Li est cent fois plus belle et elle a le mérite d'être simple... et ses jolis têtons que j'aimerais baiser ! Ah, paix, tais-toi et dors, espèce de cochon laqué.

La respiration d'Enfoyrus se fit lente et régulière. Une douce torpeur chaude et protectrice enveloppa son corps tout engourdi. Picotements familiers. Lâcher-prise. Et Sésame s'ouvrit sur le Royaume de Lumière...

retour - 12/61 - suite 


http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!


.