Le Fou qui vend la Sagesse, farce philosophique en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Revenons-donc à la cour de Philibert, puisque nous y sommes. Notre bon roi avait pris l'habitude après ripaille et jeux de mains sur la paille, de donner audience au peuple afin de rendre justice, et de régler les éventuels différents de ses sujets. 

        Et justement, voici que se présenta devant lui une espèce de grand fou chevelu à la tête de loup qui bavait de la mousse blanche comme s'il avait mâché du savon de Marseille et qui, dans son délire entrecoupé de nombreux hoquets comme s'il s'était saoulé au ratafia, riant et pleurant à la fois, tenait un discours confus ; un incompréhensible charabia à propos d'une pomme rouge qu'un nain facétieux lui aurait conseillé de manger, afin disait-il, tout en gesticulant comme un homme d'affaires napolitain, de connaître l'Univers et les dieux. À l'en croire, il était chevalier, se prénommait Gauvain, et jurait dans son patois aux nuances châtiées, que s'il mettait jamais la main sur cet infâme nabot, il lui ferait subir l'épreuve du lit de Procuste en l'étirant jusqu'à ce qu'il ressemblât à un certain Bouffetous qui sévissait dans la forêt de Brocéliande, en qualité d'ogre monstrueux.

        Imaginez la tête du roi, si vous le pouvez ! Car de mémoire de monarque, il n'avait rencontré de personnage aussi incohérent, aussi incongru. Mais Philibert quelque peu aviné, avait plus envie de rire que de prendre ombrage ; aussi le fit-il nommer sur l'heure "grand-chevalier-pourfendeur-de-nains-du-Roy", ce qui amusa beaucoup Graphytis qui connaissait notre homme pour la raison que vous savez.

        Après quoi Philibert l'invita à une partie de trictrac, chose que ses anciens médecins lui avaient pourtant formellement défendu --ainsi qu'un autre jeu d'Extrême Orient qui faisait fureur à la cour, le redoutable Nintendodo-- car cela lui provoquait des crises soudaines de tremblements nerveux et de bégaiements, suivies de longues périodes d'extase contemplative où il observait au plafond, l'oeil exorbité et la bouche béante, le vol alambiqué d'une mite kamikaze, comme l'eût fait mon chat aux aguets.

        La partie fut des plus animées, d'autant plus que Monseigneur l'Archevêque qui sortait tout droit de l'Auberge vint se joindre à la compagnie de tous ces gai-lurons qui s'entendaient comme larrons en foire : 

        --Foutre Dieu ! dit-il, ferai-je jamais un double six ? Votre Majesté a une de ces veines ! Vous me ruinez. Et le roi : 

        --or ça , il ne tient qu'à vous de miser votre coquet hermitage de campagne de cinquante arpents, ainsi que toutes les gueuses et mignons que vous y entretenez, qui, soit dit en passant, me suis-je laissé dire, vous y rendent le séjour fort divertissant. 

        --Ma foi, Sire, vous avez raison; et si vous me battez, je me contenterai modestement de mon château secondaire, de mon harem privé, et de mes cent mille écus de rente annuelle : c'est bien assez pour le septuagénaire que je suis, et amplement suffisant pour m'acheter une conscience plus présentable devant Saint Pierre que j'irai voir bientôt. Car il faut toujours s'acheter une belle étoffe neuve de pourpoint pour les grandes occasions, n'est-il pas vrai ? Du reste, Satan --que j'ai vu justement ce matin, m'a recommandé auprès de lui, car vous savez qu'il fut crucifié la tête en bas, ce qui crée tout de même pas mal de liens avec le Malin : Demon est Deus inversus. Et en matière d'inversion, je m'y connais. Ah ! Foin ! J'ai oublié une pantoufle au bordeau ! Monsieur le médecin, seriez-vous assez aimable pour l'aller quérir de ma part ? 

        --Aussitôt, Monseigneur : j'y cours, j'y vole, j'enfile sans différer mes chausses aux blanches ailes. 

        --Permettez que je vous accompagne, dit Gauvain : une bonne partie de divan me fairait beaucoup de bien. 

        --Allons-y donc, Messire.

retour - 21/24 - suite



http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.