Le Fou qui vend la Sagesse, farce philosophique en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure

Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Or Dame Viviane, voyant combien les hommes étaient nonchalants en matière d'évolution spirituelle, avait décidé de se porter au-devant d'eux pour les instruire sur l'Énergie Cosmique Primordiale endormie au plus profond d'eux-mêmes, la fameuse déesse-serpente Kundalinî lovée au bas de leur colonne vertébrale, cette lumière prisonnière des ténèbres que la Ténèbre ne comprend pas, ce feu qu'il faut avoir l'audace de dérober au diable pour voir Dieu en face, leur Mélusine intime qui, lorsqu'elle s'élancerait le long de leur rachis en prononçant le Son Unique, germe de tous les autres, leur enseignerait peu à peu tous les arcanes du Réel, au fur et à mesure qu'elle percerait chacun des sept Chakras en les déployant, les sept Roses de leur Arbre de Vie, et ce, jusqu'au grand embrasement final du "Lotus aux mille pétales", le Brahmarandra, le "trou de Brahma" au sortir des fontanelles dans lequel siège la Béatitude Éternelle de la Conscience Infinie qui leur confèrerait la Délivrance en tranchant tous les liens de la transmigration et du karma, qui n'est qu'errance et souffrance encore et toujours renouvelée des âmes en état de séparation d'avec leur centre divin.

        C'est pourquoi, ne sachant que trop bien à quoi se limitait l'entendement de la plupart des hommes, Viviane prit l'apparence d'une courtisane prénommée Sophia lorsqu'elle se rendit au royaume de Philibert afin de se placer à la portée du commun, y compris de celui qui n'était pas assez fortuné pour entretenir à longueur d'existence les fantaisies d'une épouse dépensière, ce que le roi lui-même ne pouvait faire.

        Faut-il qu'elle fut compatissante ! Brave et pauvre Sophia. Grande soeur, les mortels ne t'ont pas comprise et aucune misère ne te fut épargnée. Certes, au début tu fus respectée, et même adorée selon ton rang, car le roi avait fait de toi sa favorite et conseillère.

        Tu étais Grande Prétresse, et tu apprenais aux hommes immatures que l'art d'aimer était chose sainte et sacrée ; tu leur apprenais l'art de façonner la pilule d'or des alchimistes taoïstes chinois, l'art de spiritualiser la Matière et celui de matérialiser l'Esprit ; tu leur apprenais surtout que la porte de retour à l'Éden était la même que celle qui en avait fait sortir, mais dans l'autre sens, comme toutes les portes. Que comprenne qui doit.

        Hélas, trois fois hélas ! il a fallu, pour le plus grand malheur de tous, que le roi ait un archevêque assoiffé de pouvoir temporel comme Premier Ministre, qui s'accrochait à ses privilèges comme une chèvre aux rideaux du séjour. Il s'agissait de cet imbécile de Nigôdesaddaminus, lequel crevait d'envie et de jalousie sous sa soutane. Aussi, afin de parvenir à des fins peu avouables, inventa-t-il la morale. Il décréta que tout ce qui provenait de la femme était mauvais, car dicté par le Démon ; et que celle-ci devait racheter sa nature diabolique par une éternelle soumission à l'homme tout puissant; en s'abêtissant autant que faire se pouvait dans la bigotterie ou l'animalité, et gnagnagna. Ce qui ne l'empêchait pas de coucher avec la reine, et de la complimenter sur son "beau petit cul de génisse".

        Évidemment; comme par hasard, tous les "textes sacrés" depuis l'Aube des Temps --ou du moins le jour suivant, ont été écrits, transmis et perpétués par le genre mâle. On sépara le "charnel" d'avec le "spirituel", c'est-à-dire que d'une totalité vivante et intégrée on fit deux morceaux sans raison d'être qui se livrèrent la guerre indéfiniment pour essayer de s'en trouver une. Et ce fut sur cette Terre le commencement de l'Enfer, car l'équilibre des polarités complémentaires fut rompu... Divide ut reqnes. Le désir fut proscrit, et on le remplaça par l'hypocrisie, la frustration, la culpabilité, et le mariage aseptisé pétri de conventions --sinon d'intérêts financiers, ce qui est encore pire que de vivre seul. Et si toutefois certains recherchaient le plaisir, celui-ci devenait licence par sa démesure, ce qui apportait un peu plus d'eau au moulin des zélés dévots qui trouvaient un tacite encouragement dans la veulerie des fidèles. Bref, les frères ennemis se campèrent dans leurs positions chaque jour davantage, et à force d'avoir tous raison ils en devinrent idiots, et malheureux à force d'idiotie.

retour - 19/24 - suite



http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.