Le Fou qui vend la Sagesse, farce philosophique en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Le royaume de Chrysoland est la plus merveilleuse contrée qu'il m'ait été donné de visiter tout au long de ma carrière d'explorateur bien remplie. J'ai connu les mille charmes de la jungle indienne peuplée de fières panthères au noir de jais gardant jalousement le seuil de temples en ruines primitifs, ces temples réputés pour l'indescriptible foisonnement de représentations tantriques aux suggestions libidineuses qu'ils offrent au regard ébahi de l'européen peu féru de symbolique indoue ; la forêt bengalie aux tigres à la pelisse brochée et orangée, tapis sournoisement parmi l'hysope et le vétyver ; celle des singes rieurs vous narguant depuis le faîte d'un banian qui aurait pu abriter le Bouddha soi-même. J'ai sillonné maint sentier dans les pays du monde entier ; j'ai arpenté les landes magiques où j'ai glissé sur je ne sais combien de korrigans qui m'ont tiré par les pieds ; j'ai connu les féériques lagons des atolls coralliens du Pacifique, et fus envoûté par le son du lambis ; j'ai gravi, escaladé, raclé plus de montagnes que le Yéti au crâne en noix de coco n'en épouvantera jamais ; je me suis perdu dans les crètes immaculées du toit de l'Asie et faillis plus d'une fois participer de l'éternité de ses neiges insondables. Mais, en vérité, celui qui a vu tout cela sans avoir séjourné en terre de Chrysoland n'a jamais rien connu.

        Quel poète pourrait chanter la beauté sauvage, la puissance surnaturelle, et la douceur infinie des êtres qui y goûtent un repos bien mérité, si ce n'est un Virgile, un Homère ou un Anacréon ? De tels hommes ayant depuis longtemps disparu de la face de notre mère Terre, n'ayant pas moi-même la prétention d'arriver à leurs chevilles, je prends la sage résolution de me taire : ainsi ne me rendrai-je pas coupable de vanité sacrilège ni de trahison.

        Néanmoins, les plus hautes instances m'ont autorisé à vous relater les étranges circonstances qui me conduisirent à Chrysoland.

        Ceci se passait en des temps très anciens, alors que j'étais Grand Scribe de cette nation d'Afrique dont vous admirez tant les mausolées pointus et les momies en bandelettes, que vous en oubliez presque qu'elle fut un jour plus vivante et prospère qu'aucun de vos Champollions n'aura le pouvoir de les imaginer jamais. Je servais fidèlement mon roi, l'unique, le grand, l'immortel Akhénaton, et je loue sa mémoire avec respect et humilité devant les trois mondes et l'immensité des sables du désert que je prends à témoin, car ce fut un être authentique qui consacra sa vie à se poser avec un courage d'intrépide guerrier les seules questions qui valent la peine d'être posées dans cette existence, ô combien éphémère et transitoire.

        Ainsi vîmes-nous apparaître, au crépuscule d'une nuit de printemps de la douzième année de son règne à la verticale de la Grande Pyramide, un point plus mobile et plus lumineux que les étoiles. Il descendait tout droit de la constellation d'Orion le Grand Veneur; puis ce point se mua en tache, laquelle se précisa bientôt sous la forme d'une superbe assiette d'or, ou plutôt d'une superposition de deux assiettes collées en opposition qui se déplaçaient par saccades en vrombissant, comme cet objet infernal que, dans votre civilisation bruyante, vous avez baptisé d'un nom que j'ose à peine prononcer sans trembler tant il inspire de terreur à nos dieux au regard fendu en amande et à la patte de velours : ah, qu'il m'en coûte de te nommer, infâme "aspirateur" ! Pardon maître, ne grognez pas !

retour - 16/24 - suite



http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.