Le Fou qui vend la Sagesse, farce philosophique en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Le souper à la cour du roi fut plein de réjouissances. Pensez-donc ! Philibert était si heureux de la perte de sa scrofule au cou qu'il la fêta dans l'écuelle, les libations et la ruelle ; ainsi que le font nombre de grands d'ici bas, lorsqu'ils ont quelque sujet de contentement. Car un roi content en vaut deux, et le fait savoir à tous. 


        Aussi ne fit-on pas les choses à moitié. La table du généreux souverain fut garnie des mets les plus raffinés. Tour à tour, on se vit servir en compagnie de gens bien endentés de la soupe de tortue, de la langouste des caraïbes, du caviar de Perse, du saumon fumé sur blinis à la crème fraîche, de la dinde juteuse à point dorée, du foie gras d'oie truffé ad libitum arrosé d'un bon vin liquoreux de Sauternes digne des meilleurs cépages de Bacchus ; du cuisseau de chevreuil aux noisettes, et tant d'autres merveilles qu'à les seulement nommer on évoque tout l'arôme et le mystère des poèmes d'Orient. Ce furent les processions de muscats, de mangues, de figues et de noix, de pastèques, de grenades et d'ananas dont les peuplades des Indes d'Occident se délectent volontiers à la faveur des vêpres tropicales, parmi les bougainvillées, les anthuriums, les hibiscus, les sycomores et les fromagers, bercés par le doux lamento des vagues agonisantes sur les plages aux cent mille cocotiers ourlées d'un sable si fin que l'on se demande par quelle ironie du destin on y assassina et persécuta plus d'innocents en trente années que n'importe où ailleurs dans l'ancien monde en trois siècles de temps. Car sans les "bons nègres" de sa Majesté, et les braves indiens, bien des riches d'aujourd'hui mendieraient dans les rues cette maigre pitance, qu'ils n'accordèrent que d'un air de dédaigneuse condescendance à leurs esclaves, du temps où le trafic du bois d'ébène était monnaie courante.

        Et Graphytis qui savait le prix que payaient les premiers pour entretenir les seconds dans leur béate opulence et l'oubli de leur médiocrité confortable, se contenta de mâcher quelques feuilles de sauge, et ne se gèna pas pour cracher au visage d'une légion d'invités qu'il soupçonnait fortement de couver quelque mal secret.

        " --Et j'en vois, disait-il, --surtout parmi les médecins du corps et de l'esprit-- qui auraient l'entendement plus clair s'ils daignaient se mettre à la diète une bonne quinzaine. Après, et seulement après, ils pourraient prodiguer leurs conseils aux autres.

        --Et moi ? lui demanda le Pape de l'Antéchrist ou tel haut fonctionnaire dont on me pardonnera d'oublier jusqu'au nom mais pas sa moustache qui comptait autant de poils que lui de fourberie, quelle durée me prescrivez-vous ?

        --Un an , Saint Père. Guérissez ou crevez, il n'est pas d'autre choix. Que Dieu, la Nature, et le Diable vous assistent : ils ne seront pas trop de trois. Et pour achever mon ordonnance, j'y ajouterai ceci.

        --Qu'est-ce ?

        --Des pètes de loup-garou, Monseigneur. Celui-là même qui égorgea dans leur enclos les brebis de votre paroisse la lune passée. Prisez-les, cela fortifiera votre souffle, et peut-être l'inspiration de vos sermons dominicaux s'en trouvera-t-elle puissamment améliorée. " 

        Et, pour une raison que vous apprendrez plus tard, le Pontife pâlit et grimaça d'une manière qui n'avait rien d'équivoque et qui en disait long sur sa pensée du moment.

retour - 14/24 - suite



http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.