Le Fou qui vend la Sagesse, farce philosophique en ligne

Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure
Motivations de l'auteur ------------------Début du récit--------------------------------- Racine du site

Acheter l'Intégrale en PDF

Vos commentaires sur ma page MySpace

        Il était une fois un roi très sage qui vivait heureux avec sa reine dans son palais. Certes, il était un peu gougnafier, mais s'il avait concouru dans l'art de serrurerie avec Louis Capet seizième du nom, il eût assurément remporté le grand prix, tant pour assurer la protection de ses hôtes du cellier, que pour façonner la clé des champs lorsque se fit entendre pour la royauté le premier son du glas. Tous ses sujets l'aimaient car il était bon et en tout point équitable. Les pauvres le bénissaient car il veillait toujours à ce qu'ils ne manquent de rien, faisant en sorte de leur offrir chaque soir soupe et logis dans certaine auberge consacrée à cet effet.

Les vieux grimoires sapientiaux nous enseignent assez communément que l'on ne doit jamais attendre un retour immédiat de l'obole qu'on donne --ni même donner dans l'intention de recevoir, mais parfois la roue de Fortune accélère sa cadence en vous forçant un peu la main. Et voici comme.

        Il y avait parmi les gueux du royaume un mendiant plus pauvre et plus pitoyable que les autres ; il était d'entre tous, du sort, le moins favorisé ; il était bouseux, galeux, guenilleux et boiteux, car sa mauvaise jambe était toute étrousquée par le grand maulubec. Outre plus, il avait perdu chez un bourgeois cossu étroit de l'escarcelle, chez qui il secouait un panier à salade pour la misère d'un sou, sa jambe de bois par la fenêtre, laquelle lui fut promptement rendue comme s'il fut canasson par le concierge qui l'avait reçue de sa part de certaine façon.

        Pauvre homme, on n'est pas plus malheureux ! Or le hasard joint à l'évidence qu'il avait l'assiette aux dents dirigèrent ses pas vers la dite auberge, surnommée tout exprès "l'Auberge de François"

        "--Ô dieux hospitaliers, que vois-je ici paraître ? Du ragoût de mouton !

        Et effectivement, notre mendiant adorait le ragoût. C'est vous dire s'il fit honneur au plat bien volontiers, et de franche lippée. Il mâcha même les lauriers. Il mâcha si bien, qu'à la fin, il eut une vision --chose connue depuis les pythonisses de Delphes qui mangeaient du ragoût en toutes occasions : " Je vois, je vois, je vois. .. ce bon roi Philibert qui met sa culotte à l'envers ! " Il eût mieux fait, ce crois-je, de mâcher haricots verts, car il fut aussitôt invité à séjourner dans quelque coin plus frais, à l'abri du soleil, au septième sous-sol. 

        Lorsqu'il eut jeûné octante jours tout entiers dans sa retraite souterraine, qu'il eut bien médité, et que le roi soi-même daigna le visiter dans ses princiers appartements, il cracha un beau molard vert sur le portrait de Philibert. Incontinent ce dernier fut guéri d'écrouelles dont n'avaient jamais eu raison aucun docteur de la maison. Le roi fut si surpris qu'il en oublia toute colère :

        " --Ah ça ,voilà qui n'est guère ordinaire ! dit le roi stupéfait. C'est un miracle. Mais qui es-tu ? 

        --Graphytis, votre Majesté, pour vous servir. Et que serait-ce, si j'avais ajouté à ma salive indigne du grand monarque que vous êtes, le suc de l'herbe du Saint Esprit ! Cela eût soigné votre Grandeur plus prestement encore, et j'eusse pris grand plaisir, croyez-le bien, à d'autant plus cracher sur votre royal visage, de sorte que j'eusse accomodé votre style de figure en figure de style. 

        --Bien, bien, je te crois. Et drôle avec ça. Sois désormais mon conseiller, mon docteur, mon ami. Je le veux. Gardes, libérez-le ! Et qu'on l'habille sur l'heure dignement. Il ne sera point dit chez moi que Philibert est mauvais roi. "

Ainsi fut nommé grand médecin du roy le mendiant Graphytis. On lui remit un sceptre formé de deux serpents entrelacés sur une verge d'or en signe de reconnaissance afin qu'il pût, en toute heure, en tout lieu, exercer le noble art d'Esculape.

retour - 13/24 - suite



http://apothicaire.fr


Amuse-gueules - Toniques  - Purgatifs - Élixirs - Onguents - La Totale - Votre Cure


Mettez-nous en marque-page communautaire !

Digg it!Digg it! del.icio.us it!Del.icio.us it! Scoop it!Scoop it! Fuzz it!Fuzz it! Nuouz Ca!Nuouz Ca!

.